Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements en vigilance rouge, 49 en orange

Brexit : "va-t-on pouvoir rester en France ?", l'angoisse de la communauté anglaise en Mayenne

-
Par , , France Bleu Mayenne

C'est le D-DAY pour le Royaume-Uni, qui quitte officiellement ce vendredi 31 janvier l'Union Européenne. La séparation sera actée ce soir à 23h. Ce départ est source d'inquiétude pour les Anglais qui vivent en Mayenne.

photo d'illustration
photo d'illustration © Getty - Tanaonte / Getty Images

Le Brexit est synonyme de grand saut dans l'inconnu pour 66 millions de Britanniques après trois ans et demi de crise politique et d'inquiétude aussi pour les 1.200.000 citoyens du Royaume-Uni installés dans les pays membres de l'UE. Ils seraient entre 150.000 et 400.000 à vivre en France et ne savent pas vraiment s'ils vont pouvoir y rester. Tina, une Anglaise de 61 ans est installée avec son mari à Ambrières-les-Vallées dans le bocage mayennais : "va-t-on pouvoir rester en France ? Je ne sais pas et personne ne sait ce qui va se passer. Le gouvernement anglais renvoie des Européens dans leur pays et ça pourrait bien devenir réciproque. Je n'ai aucune envie de rentrer là-bas. Je ne retournerai jamais en Angleterre même si je ne peux plus résider en France". 

"Je ne retournerai jamais en Angleterre", Tina installé dans le bocage mayennais

Un de ses amis, Ayden, vit lui aussi dans la campagne mayennaise : "le plus gros problème c'est l'incertitude. On ne sait pas si on avoir des problèmes avec la sécurité sociale, si on va pouvoir voyager librement au Royaume-Uni. Difficile de savoir s'il faut devenir citoyen français ou bien résident français. Ce qui pose problème c'est le taux de change, il est très bas depuis le référendum, je touche une retraite anglaise mais j'ai beaucoup moins d'argent désormais". 

"Difficile de savoir s'il faut devenir citoyen ou simple résident français", Ayden, installé dans le Nord-Mayenne

Pour l'heure, le Brexit reste un retrait administratif. L’accord de sortie garantit une période de transition, jusqu’au 31 décembre 2020 au plus tôt, jusqu’à la fin 2022 au plus tard. D'ici là, la libre circulation des citoyens britanniques sera conservée, tout comme l'ensemble des droits européens, au moins jusqu'à ce que de nouveaux accords soient négociés.

  • Brexit
Choix de la station

À venir dansDanssecondess