Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bruz : ils hébergent des demandeurs d’asile pour faciliter leur intégration

jeudi 13 septembre 2018 à 6:43 Par Alexandre Frémont, France Bleu Armorique

Depuis février dernier, Broulaye, un Malien sans papiers arrivé en France il y a plusieurs mois, est hébergé par six familles de Bruz, en ille-et-Vilaine. Parmi elles, Cécile et Romain. Comment s'est passé cette rencontre et cette colocation entre eux? Rencontre.

La petite famille de Cécile et Romain, avec Broulaye légèrement caché par l'un des enfants et Françoise (à droite)
La petite famille de Cécile et Romain, avec Broulaye légèrement caché par l'un des enfants et Françoise (à droite) © Radio France - Alexandre Frémont

Bruz, France

Pour aider les demandeurs d'asile qui arrivent en France, et plus particulièrement chez nous en Bretagne, une association s'est montée à Bruz en Ille-et-Vilaine en décembre dernier, l'association Accueil Réfugié Bruz

Deux réfugiés pour douze familles à Bruz

Elle permet notamment d'héberger ces réfugiés. Et depuis près de 9 mois, le projet se développe très bien puisque 12 familles au total accueillent aujourd'hui, chez elles, à tour de rôle et toutes les deux semaines, un demandeur d'asile à Bruz et aux alentours.
Broulaye Traoré par exemple, sans papier, venu du Mali il y a plusieurs mois, vit par alternance chez plusieurs familles, dont celle de Cécile et Romain.
Lors des premiers échanges, il a fallu s'apprivoiser de part et d'autre. Autant pour la famille que pour Broulaye.

"Les enfants demandent où est passé Broulaye"

Céline, la maman, parle d'un temps d'adaptation : "Au début il y avait un peu de timidité, parce qu'on se connaissait pas et chacun dans notre coin", se souvient la mère de famille. Mais les barrières sont tombées progressivement et une réelle complicité s'est nouée entre la famille et Broulaye. "Quand il est parti, pour aller dans une autre famille, (pour alterner et permettre aux familles d'accueil de ne pas être hébergeur sur une trop longue durée, ndlr), nos enfants nous ont demandé où il était passé et ils ont tout de suite demandé quand est-ce qu'il revenait", sourit Cécile. 

Pour Romain, son mari, ça paraissait même normal d'accueillir un réfugié à la maison. "Le fait d'ouvrir la cellule familiale sur l'extérieur, pour dire que la maison n'est pas renfermée, c'est primordial", selon lui.

Et pourtant, tout le monde ne se fait pas la même idée du "migrant" selon Françoise Renard, membre de l'association Accueil Réfugié Bruz, plus particulièrement à l'organisation de l'hébergement : "La peur de l'autre, du migrant, le vilain qu'on nous montre à la télé et bien c'est comme ça que l'on va la combattre, détaille-t-elle. En se connaissant et se rencontrant avec le plus de gens possible".
Et c'est Broulaye qui en profite, en pouvant rapidement s'intégrer grâce à l'association, notamment au club de foot de Bruz.

Broulaye revient pour nous sur son parcours depuis le Mali vers Bruz

Depuis maintenant six mois, il tourne dans six familles d'accueil différentes, à Bruz et aux alentours. Après avoir déposé son dossier de demande d'asile en juillet dernier, il attend aujourd'hui des nouvelles de la Préfecture pour avoir des papiers et pourvoir enfin travailler et devenir autonome.