Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cinq millions d'euros du budget 2021 seront consacrés à la lutte contre la précarité menstruelle

-
Par , France Bleu

Pour lutter contre la précarité menstruelle, le ministre de la Santé Olivier Véran et la ministre déléguée à l'Egalité femmes-hommes Elisabeth Moreno ont annoncé ce mardi une enveloppe de cinq millions d'euros sur le budget 2021. La précarité menstruelle touche une femme sur dix en France.

Cinq millions d'euros seront alloués à la lutte contre la précarité menstruelle.
Cinq millions d'euros seront alloués à la lutte contre la précarité menstruelle. © Maxppp - Annette Riedl

Cinq millions d'euros. C'est l'enveloppe que l'exécutif va allouer à la lutte contre la précarité menstruelle dans le budget 2021, contre un million d'euros en 2020. Ces fonds seront destinés à "renforcer le combat mené par les associations pour l'accès de toutes les femmes aux protections périodiques", ont annoncé ce mardi dans un communiqué le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, et la ministre déléguée à l'Egalité femmes-hommes, Elisabeth Moreno.

Ce budget viendra "soutenir" les collectes associatives, "développer" la mise à disposition gratuite de protections périodiques dans des établissements scolaires, pour les femmes détenues ou dans le cadre des maraudes et des accueils de jour auprès de femmes hébergées ou à la rue. Il permettra aussi de proposer ces produits d'hygiène "à prix symbolique" dans les épiceries solidaires.

Une femme sur dix touchée par la précarité menstruelle

Une enquête du journal Le Monde datée de juillet 2019 estime le coût des protections et antidouleurs à 7,50 euros par cycle - pour une femme ayant des règles d’une durée et d’un flux "moyens" - soit près de 3 800 euros pour une vie. 

Une femme sur dix renoncerait ainsi à changer de protection périodique aussi souvent que nécessaire, notamment par manque de moyens. Un problème qui touche en particulier, justement, les femmes précaires, les femmes incarcérées, ainsi que de nombreuses collégiennes et étudiantes. Cette situation "porte atteinte à leur dignité et constitue par ailleurs un frein à l'insertion de milliers de femmes en situation de précarité", ont souligné les ministres, relevant également "un facteur de risque pour la santé".

Dans une enquête publiée au mois de mars 2019, L’Obs révélait que dans certaines prisons, des détenues fabriquent des coupes menstruelles avec des bouteilles en plastique, un matériau coupant, parfois donc "au péril de leur santé".

Fin novembre, l'Ecosse est devenu le premier pays du monde à rendre les protections périodiques accessibles gratuitement. Le coût de la mesure est estimé à 9,7 millions de livres (environ 11 millions d'euros) par an.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess