Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bugs des cartes grises : un juge saisi pour exiger le déblocage de plus de 100.000 dossiers

mardi 5 décembre 2017 à 16:14 Par Julien Baldacchino, France Bleu

Alors que le nouveau service d'attribution en ligne des cartes grises connaît des pannes techniques au lancement, une action de groupe a été lancée pour pousser le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb à faire délivrer quelque 100.000 certificats d'immatriculation "dans les plus brefs délais".

Le site de demande de carte grise en ligne est complètement obstrué et les délais se sont considérablement allongés
Le site de demande de carte grise en ligne est complètement obstrué et les délais se sont considérablement allongés © AFP - VOISIN / Phanie

La situation se tend encore un peu plus ce mardi autour des bugs du système de demandes de carte grise en ligne : ce lundi, un recours en référé a été déposé devant le tribunal administratif de Paris par l'avocat Jean-Marc Descoubes, affirme ce mardi Le Parisien. Il porte la plainte d'une dizaine de concessionnaires et de mandataires automobiles, qui demandent au ministre de l'Intérieur Gérard Collomb de faire délivrer "dans les plus brefs délais" les certificats d'immatriculation actuellement bloqués.

Avec près de 100.000 documents en retard sur la plateforme de l'Agence nationale des titres sécurités (ANTS), les délais s'étalent désormais sur plusieurs semaines (contre 48 heures en temps normal) ce qui rend la situation intenable pour certains vendeurs de véhicules, dont certains ont jusqu'à 60 voitures en attente d'être immatriculées, rapporte Le Parisien. D'autant plus que l'immatriculation provisoire en WW est également impossible par l'intermédiaire de cette plateforme.

L'avocat demande donc que l'injonction à l'encontre du ministre de l'Intérieur se fasse sous astreinte de "2.000 euros par véhicule et par jour de retard". La décision est attendue pour le milieu de semaine,. Me Descoubes, interrogé également par Le Parisien, explique que selon lui "la seule solution, c'est de rouvrir ces services", pour que tous les véhicules vendus soient livrés avant le 31 décembre.