Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Busseau : le chef du restaurant le Viaduc démissionne des toques blanches

Par

Laurent Le Mestre, a décidé de quitter l'association les Toques blanches du Limousin. Le chef du restaurant Le Viaduc, à Busseau, estime que le combat de certains restaurateurs pour réclamer d'avantage de soutiens financiers en cette période d'épidémie est indigne. Ses propos ont déplu.

Laurent Lemestre, le chef du restaurant le Viaduc Laurent Lemestre, le chef du restaurant le Viaduc
Laurent Lemestre, le chef du restaurant le Viaduc © Radio France - Romain Piques

Laurent Le Mestre, le chef du restaurant Le Viaduc démissionne des "Toques Blanches du Limousin". Récemment, il a donné son point de vue sur les réseaux sociaux et dans la presse au sujet de la gestion de la crise sanitaire. Ses propos ont heurté l'association de restaurateurs qui promeut la cuisine limousine, et dont il faisait partie depuis 12 ans. Finalement, Laurent Le Mestre a préféré démissionner. 

Publicité
Logo France Bleu

Une critique des restaurateurs qui demandent plus d'aides

"Je n'arrive pas à comprendre comment on peut être nombriliste à ce point, nous qui ne sommes pas en première ligne, alors que d'autres personnes risquent tous les jours leurs vies pour arrêter cette catastrophe mondiale. On devrait penser à les soutenir plutôt que d'avoir un réflexe mercantile". C'est cette prise de position, publiée dans les colonnes du Journal La Montagne, qui a mis le feu aux poudres entre Laurent Le Mestre et l'association les Toques blanches. 

Début avril, le restaurateur est invité à s'exprimer sur la gestion de la crise sanitaire par les autorités. Il dénonce alors une pétition, lancée au niveau national. Ce texte réclame une plus large participation des assureurs pour compenser les pertes financières liées à la fermeture obligatoire des restaurants. L'association les Toques blanches l'a relayée sur sa page facebook. 

Laurent Le Mestre dénonce cette pétition en se basant sur son expérience personnelle: "Nous on est accompagné à 100% par notre comptable. En l'espace de deux semaines j'ai fait ma déclaration de perte d'exploitation. Le gouvernement est en train de mettre la pression sur les assureurs. Qu'on dise que l'Etat ne prend pas ses responsabilités et ne nous aide pas, je trouve ça un peu gros", estime-t-il.

Cette prise de position n'a pas plu

Une partie des membres de l'association "Les toques blanches" a lu cet article dans les jours qui ont suivi. La prise de position publique de leur confrère les a peinés explique le président, Jean-Pierre Scheidhauer : "Il a le droit d'avoir un avis différent, mais ça aurait été plus facile d'appeler et de dire au téléphone qu'il était contre le principe de cette pétition. 

On aurait pu se parler au lieu que ça sorte dans la presse

Pour le président, cette tribune ne correspond pas à l'esprit " de l'amicale d'amis", défendue par les toques blanches du Limousin*.

L'association décide alors d'envoyer un courrier à Laurent Le Mestre. Elle lui signifie que ses propos l'ont choquée, lui reproche un manque d'investissement général et conclut avec cette phrase : "sans retour à ce courrier, les membres du bureau débattront de ton avenir parmi nous". 

Laurent Le Mestre démissionne

A la lecture de ce message, Laurent Le Mestre prend la décision de démissionner. "Je trouve leur courrier encore plus violent que mes propos dans l'article", explique-t-il. "Ils ont pris mon coup de gueule pour eux alors que c'était une réflexion d'ordre général". 

Ce qui a été écrit, je le pense. Je ne retire pas mes propos car je ne suis pas une girouette

Laurent Le Mestre assène : "Je ne savais pas que la pensée unique était obligatoire dans cette Association".

Depuis, le restaurateur est en pleine réflexion. Il envisage de mettre en place un nouveau label des bonnes tables creusoises, pour fédérer des chefs qui ne font pas partie des toques blanches. "Il regrouperait les bons restaurants qui travaillent avec des produits frais et locaux, sans forcément viser une cuisine gastronomique ou semi-gastro".

*L'association des toques blanches du Limousin tient à préciser que le prix de la cotisation annuelle est de 55 euros, contrairement à ce qui a pu être écrit par certains internautes sur les réseaux sociaux .

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu