Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"C'est comme une colonie de vacances" : dans la Marne, des vendangeurs dorment dans une Maison de Champagne

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

C'est de plus en plus rare : des Maisons de Champagne qui nourrissent et hébergent leurs vendangeurs. Un gage d'économie et de lien social pour les particuliers et d'efficacité pour les professionnels : reportage à Damery, dans la Marne.

Une partie des vendangeurs est arrivée mercredi soir
Une partie des vendangeurs est arrivée mercredi soir © Radio France - Stéphane Maggiolini

Damery, France

"Ce soir c'est feuilleté au chèvre, choucroute garnie et gâteau", annonce Jacqueline. C'est elle qui prépare à manger à la vingtaine de vendangeurs. Eux, sont arrivés un peu plus tôt dans la journée. Ils viennent de France, de Belgique et même du Brésil. Pendant toute la durée des vendanges, ils vont cohabiter sous le même toit, celui de la Maison de Champagne Caillez Lemaire à Damery dans la Marne.

Tout le confort d'un hôtel

Quelques mètres au-dessus des machines et des cuves : des chambres meublées pour des vendangeurs épuisés de leur journée. "Il y a une baignoire, des sanitaires, des armoires, des prises, des lits et même du wifi", énumèrent Morgane et Anthony. "Les lits sont confortables et heureusement car à la fin d'une journée de vendanges, mon dos est rarement en bon état", plaisante le jeune homme originaire de Charleville-Mézières.

Les vendangeurs qui dorment sur place sont sélectionnés par les gérants de la Maison. "C'est principalement du démarchage par connaissance", explique Virginie. "En les sélectionnant on est à peu près certains de la qualité de leur travail et de leur sérieux car il ne s'agit pas de faire dormir n'importe qui chez nous. On leur demande  une compensation financière de 15 euros (déduits du salaire) pour les repas, les nuitées sont offertes", explique l'hôte. 

Un moyen de décompresser

Pour les gérants, avoir les vendangeurs sous leur toit permet une plus grosse amplitude horaire de travail et une meilleure qualité pour le raisin. "Les vendangeurs payés à l'heure peuvent plus facilement trier que ceux payés à la tâche", précise Virginie. Tout le monde est gagnant y compris les vendangeurs pour qui, au-delà du coût de vie réduit, trouvent du lien social. "C'est bon pour le moral, après une journée dans les vignes on sait qu'on va tous se retrouver le soir pour décompresser", explique Morgane. "Tout le monde s'assoit autour d'une table, on boit un verre, on se soutient et on se raconte nos histoires. C'est comme une colonie de vacances", ajoute Anthony. "C'est important que des boîtes comme celles-ci continuent à héberger des vendangeurs. C'est ça aussi l'esprit des vendanges : c'est un esprit festif", se réjouissent Tony et Michel. Les deux amis, originaires de Liège (Belgique), dorment ici à chaque édition des vendanges, depuis 17 ans.

Les Maisons de Champagne qui hébergent leurs vendangeurs se font rares sur le territoire. Le coût élevé des aménagements, pour être dans les normes en matière de sécurité et d'hygiène, est le principal motif de dissuasion.

Le réfectoire accueille les vendangeurs - Radio France
Le réfectoire accueille les vendangeurs © Radio France - Stéphane Maggiolini
Les étages supérieurs des lits sont interdits au couchage - Radio France
Les étages supérieurs des lits sont interdits au couchage © Radio France - Stéphane Maggiolini
Pour les couples pas question de dormir en mezzanine  - Radio France
Pour les couples pas question de dormir en mezzanine © Radio France - Stéphane Maggiolini
Choix de la station

France Bleu