Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

C'est parti pour la 15e édition du festival photo à la Gacilly

samedi 2 juin 2018 à 23:30 Par Alexandre Frémont, France Bleu Armorique

Lancement ce samedi du 15e festival photo à la Gacilly, dans le Morbihan. Le thème cette année : "La Terre en questions". Les clichés de Thomas Pesquet côtoient ceux d'oiseaux morts ayant avalé du plastique. Un paradoxe qui cherche à faire réfléchir le visiteur.

Près de 20 sites sont à découvrir à La Gacilly avec des thèmes différents
Près de 20 sites sont à découvrir à La Gacilly avec des thèmes différents © Radio France - Alexandre Frémont

La Gacilly, France

C'est parti pour la 15e édition du traditionnel festival photo de la Gacilly, dans le Morbihan. Le thème cette année est : "La Terre en questions". Une expo qui a attiré près de 350 000 visiteurs l'an dernier. Cette fois, elle mêle clichés de paysages de rêve et photos chocs pour montrer que notre planète est aussi belle que malade. On peut se poser la question : "Faut-il mettre uniquement des photos magnifiques comme celle de Thomas Pesquet, l'astronaute français, ou des images plus sombres et limites choquantes pour sensibiliser ? Les visiteurs sont partagés.

Photos colorées vs clichés chocs

Nicole et Jacqueline sont admiratives devant des photos rue de l'Aff, le long de l'eau. Sur les images, on voit notamment des lacs de Bolivie et des montagnes du Pays Basque. Elles sont très colorées avec du jaune, du bleu, du vert, du violet. "Là, on ne dirait pas que c'est une photo, c'est une vraie œuvre d'art en fait", s'enthousiasme Nicole. 

Le long de l'Aff, le cours d'eau qui long la Gacilly, on peut découvrir les photos d'Image sans frontière et leur Hymne à la terre - Radio France
Le long de l'Aff, le cours d'eau qui long la Gacilly, on peut découvrir les photos d'Image sans frontière et leur Hymne à la terre © Radio France - Alexandre Frémont

Mais ça, c'est le côté "joyeux" de l'exposition. Plus loin, on peut voir des photos un peu plus sombres. Plus "trash" aussi. Ce sont des oiseaux morts, avec le ventre ouvert et les intestins remplis de bouchons de bouteilles en plastiques. La dure réalité pour Sandrine. "C'est bien beau de montrer de jolies photos, commence-t-elle. Le monde est merveilleux, tout va bien, l'environnement aussi. Non. C'est tout autre chose. Là, c'est beaucoup plus parlant avec ces oiseaux. Il faudrait peut-être plus de clichés comme ceux-là", estime-t-elle.

Le plastique partout, ça rappelle des souvenirs à Didier, qui revient du Népal. "L'Himalaya c'est une poubelle. Faut le voir pour le croire. Ce sont des déchets humains jetés dans la montagne". C'est ce qui diffère avec les photos de Matthieu Ricard, le moine bouddhiste français, présent lui aussi sur le festival avec plusieurs clichés de Tibétain. "Oui mais ça, c'est une réalité, pas la réalité. C'est vrai que l'Himalaya à 3 000 ou 4 000 mètres, ça fait rêver, c'est beau. Mais avec ce que fait l'homme là-haut, ce n'est plus très beau", s'indigne Didier.

Au Garage, on peut découvrir ce panorama de Stéphane Couturier des immeubles d'Alger, "Climat de France" - Radio France
Au Garage, on peut découvrir ce panorama de Stéphane Couturier des immeubles d'Alger, "Climat de France" © Radio France - Alexandre Frémont

Montrer les initiatives qui changeront les mentalités

Les clichés plus sombres côtoient donc les plus colorés dans cette exposition en plein air. Une manière de dire que la Terre est malade mais qu'il y a de l’espoir pour Cyril Drouet, le commissaire de l’exposition. "L'idée n'est pas de dire tout est pourri ou tout est fini. On est pas pessimiste. On fait un constat sur le monde d'aujourd'hui et on essaye de montrer les initiatives qui, pour demain, changeront les mentalités".

Pour le commissaire de l'exposition Cyril Drouet, "la Terre est malade mais il y a de l'espoir et des initiatives" - Radio France
Pour le commissaire de l'exposition Cyril Drouet, "la Terre est malade mais il y a de l'espoir et des initiatives" © Radio France - Alexandre Frémont

Pour vous faire une idée et choisir le côté qui vous plaît le mieux, vous avez jusqu’à la rentrée prochaine, à savoir le 30 septembre 2018.