Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : L'affaire Vincent Lambert

"C'est un nouveau départ" : les avocats des parents de Vincent Lambert réagissent après la reprise des soins

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

Les avocats des parents de Vincent Lambert, qui s'opposent à la décision d'arrêt des soins de leur fils, sont venus constater ce mardi 21 mai au CHU de Reims la reprise des traitements, après la décision surprise de la Cour d'appel de Paris.

Les avocats des parents de Vincent Lambert devant l'hôpital Sébastopol de Reims ce mardi.
Les avocats des parents de Vincent Lambert devant l'hôpital Sébastopol de Reims ce mardi. © Radio France - Sophie Constanzer

Reims, France

"Aujourd'hui c'est un nouveau départ, et _en réalité l'affaire Vincent Lambert commence maintenant"_, s'est exclamé Maître Triomphe, l'un des avocats des parents de Vincent Lambert, ce mardi 21 mai devant l'hôpital  Sébastopol de Reims où il a constaté la reprise des traitements. Lui et Maître Paillot ont répété qu'il s'agissait bien d'une "victoire" après la décision surprise de la Cour d'appel de Paris d'ordonner la reprise de l'hydratation et de l'alimentation de Vincent Lambert, hospitalisé au CHU de Reims depuis 2008. 

"Le pouvoir politique s'est déconsidéré en violant la parole internationale de la France, et le CHU par le biais de sa direction générale et du Docteur Sanchez se sont définitivement décrédibilisés... ils n'ont plus aucune légitimité à garder Vincent", a encore souligné Maître Triomphe en faisant référence aux mesures provisoires demandées par le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH) de l'ONU, qui n'a pourtant pas de pouvoir de contrainte vis à vis des Etats. Ce qu'avait souligné la ministre de la santé Agnès Buzyn. Les avocats veulent désormais le transfert de Vincent Lambert vers une unité spécialisée. 

Pas de regrets sur les scènes de joie 

Certains, comme le ministre de l'agriculture ce mardi sur France info, ont dénoncé l'"indécence" des scènes de joie lors de l'annonce lundi de la décision de la Cour d'appel de Paris. _"_Ces scènes de liesse qu'on nous reproche, ce sont des scènes de joie qui resteront gravées dans nos mémoires d'avocats, et ceux qui nous les reprochent sont ceux qui voulaient assassiner Vincent", a justifié Maître Triomphe. Un peu plus tôt ce mardi 21 mai, les parents de Vincent Lambert sont sortis de l'enceinte de l'hôpital en voiture et Viviane Lambert a fait une courte déclaration : "Vincent a besoin d'eau, il a besoin de manger et il a surtout besoin d'amour". 

Quels recours pour les partisans de l'arrêt des traitements ?

Du côté de François Lambert, le neveu de Vincent Lambert favorable à l'arrêt des traitements, on réfléchit à des recours contre la décision de la Cour d'appel de Paris. Une décision jugée comme "politique" et incompréhensible, puisque le Conseil d'Etat et la Cour européenne des droits de d'homme (CEDH) ont validé la procédure d'arrêt des soins décidée par le Docteur Sanchez. 

Même amertume de la part de l'avocat de Rachel Lambert, l'épouse de Vincent, qui a décidé ce mardi de déposer plainte après la diffusion d'une vidéo qui montre Vincent Lambert dans sa chambre d'hôpital : une plainte contre les personnes "qui ont filmé et celles qui ont diffusé" ces images. Des "agissements inqualifiables", a estimé Maître Françis Fossier, l'avocat de Rachel Lambert qui est non seulement l'épouse mais aussi la tutrice légale de Vincent Lambert

Pas d'audience jeudi devant le Conseil d'Etat

Le Conseil d'Etat ne se prononcera pas jeudi sur le cas de Vincent Lambert. Une audience avait été fixée pour statuer sur la demande des parents. Entre temps, l'alimentation et l'hydratation a repris et la sédation a été interrompue. C'est justement ce que les parents de Vincent Lambert demandaient à la plus haute juridiction administrative.