Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"C'est une aide indispensable", les élèves infirmiers renforcent le service réanimation de Châteauroux

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu

Afin de faire face à la vague de malades du Coronavirus, l'hôpital de Châteauroux réquisitionne des élèves infirmiers pour grossir les rangs du service réanimation. Ces derniers suivent une formation de deux semaines contre quatre en temps normal, avant d'aller travailler auprès des patients.

L'équipe du service réanimation de Châteauroux
L'équipe du service réanimation de Châteauroux - CHU Châteauroux

L'hôpital de Châteauroux réquisitionne des élèves infirmiers pour grossir les rangs du service réanimation. Une mesure prise pour faire face à la vague de malades du Coronavirus. Ces étudiants suivent une formation de deux semaines, contre quatre en temps normal, et sont toujours accompagnés par un(e) infirmier(e) confirmé(e). 

Il faut assimiler beaucoup de choses en peu de temps

Alexandra a rejoint le service réanimation le 31 mars. Cette élève anesthésiste peut compter sur sa formation initiale pour connaître les bases du métier : 

"Ce qui m'aide beaucoup, ce sont mes 6 mois de formation en anesthésie. Je sais par exemple comment fonctionne la ventilation et je connais les médicaments dont on se sert en réanimation." 

L'hôpital de Châteauroux peut compter sur trois étudiants pour renforcer le service, une aide vitale aux yeux du Dr Hira, chef de service : "Ils sont indispensables. Néanmoins, ils ne sont jamais seuls : ils sont accompagnés avec une autre infirmière qui les aide et les forme, il y a une aide-soignante qui peut les aider aussi et une infirmière sénior qui est là également en cas de difficultés."

Le rythme est néanmoins soutenu, les médicaments et les soins à administrer sont nombreux. Une pression qui a un impact sur l'étudiante : "Ça m'arrive souvent le matin d'avoir la boule au ventre".

Accepter d'être confronté au pire 

Dès son premier jour, Alexandra a dû faire face à une situation douloureuse, le décès d'un patient : "Un homme était mort du Covid 19, il est parti tout seul, sans sa famille. C'est ça qui a été le plus dur, le voir partir sans personne autour de lui. Et après, il a fallu appeler ses proches pour leur annoncer... c'est vraiment le plus difficile." confie la jeune-femme. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess