Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Caisse noire du patronat : 2 ans avec sursis requis contre l'ex-patron de l'UIMM

-
Par , France Bleu

Le parquet a requis lundi deux ans de prison avec sursis et 250.000 euros d'amende à l'encontre de l'ancien patron de l'UIMM, Denis Gautier-Sauvagnac. Il est le principal accusé de ce procès censé faire la lumière sur la destination de l'argent issu de la "caisse noire" de la fédération patronale de la métallurgie.

Denis Gautier-Sauvagnac, ancien patron de l'UIMM
Denis Gautier-Sauvagnac, ancien patron de l'UIMM © Maxppp

Ils étaient dix prévenus, dont Denis Gautier-Sauvagnac. L'ancien patron de la fédération patronale de la métallurgie, membre du Medef, a vu ce lundi le parquet requérir une peine de deux ans de prison avec sursis et 250.000 euros d'amence à son encontre. Huit mois avec sursis ont été en outre requis à l'encontre de Dominique de Calan, délégué général adjoint de l'organisation, et des peines de six mois avec sursis contre la chef comptable Dominique Renaud et l'ex-directeur administratif, Bernard Adam. La relaxe a été demandée pour les cinq autres prévenus. Tous étaient accusés, à des degrés divers, d'abus de confiance, de travail dissimulé, de destruction de documents comptables, de recel ou de ces complicités de ces délits.

Qui a bénéficié des 16,5 millions d'euros ?

La justice cherchait à savoir ce que sont devenus 16,5 millions d'euros, retirés en liquide des caisses de l'UIMM entre 2000 et 2007. L'argent a-t-il pu servir à des fins de corruption ? "On n'a pas beaucoup avancé lors de cette audience et le dossier est aujourd'hui dans le même état que lors de la clôture du dossier", a constaté la représentante du ministère public Ariane Amson lors de sa réquisition. Moment marquant du procès, les déclarations de Danis Gautier-Sauvagnac, qui a expliqué que l'argent était bien allé aux cinq syndicats représentatifs (CGT, CFDT, FO, CFE-CGC et CFTC) sans toutefois citer de noms. Un autre prévenu avait également évoqué des journalistes, des sociologues ou des bureaux d'études. Des accusations que les syndicats ont tous démenti dans les médias.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess