Société

Calais : des points d'eau ont été installés pour les migrants

Par Bénédicte Robin, France Bleu Nord et France Bleu mercredi 16 août 2017 à 20:43

Un point d'eau installé près du centre du Secours Catholique à Calais
Un point d'eau installé près du centre du Secours Catholique à Calais © Maxppp - Edouard Bride

La préfecture du Pas-de-Calais a fait installer vendredi dernier (11 août) des points d'eau et des sanitaires pour les migrants aux abords de Calais (Pas-de-Calais), route de Saint-Omer, conformément aux injonctions du Conseil d'Etat.

Des robinets et des toilettes ont été installés en fin de semaine dernière (vendredi 11 août) aux abords de Calais, sur un terrain appartenant à la Ville et où se trouve un centre d'accueil de jour géré par le Secours Catholique.

Cela fait suite à la décision du Conseil d'Etat (31 juillet) qui avait ordonné à l'Etat et à la commune la mise en place de ces dispositifs au nom de la dignité humaine.

Une mise en place "minimaliste pour ne pas dire scandaleuse"

Mais à peine arrivés, ces dispositifs sont déjà décriés par les associations de soutien aux migrants. "Cinq robinets à l'air libre et dix toilettes pour une population de 600 personnes, cela ne correspond pas du tout à l'esprit de l'ordonnance du Conseil d'Etat" estime Vincent de Coninck, le responsable de la mission migrant du Secours Catholique qui a vu arriver les premiers éléments à côté de son centre d'accueil de jour. Il dénonce une démarche "minimaliste pour ne pas dire scandaleuse".

"On est loin du respect de la dignité" Vincent De Coninck, Secours Catholique

"Une réponse scrupuleuse"

La préfecture, de son côté, se défend et fait savoir dans un communiqué que des installations mobiles avec dix toilettes supplémentaires et des citernes d'eau potable seront déployées d'ici lundi prochain (21 août) et pourront être déplacées en fonction des lieux où seront distribués les repas pour les migrants.

Cabines de toilettes située près du centre du Secours Catholique à Calais - Maxppp
Cabines de toilettes située près du centre du Secours Catholique à Calais © Maxppp - Edouard Bride

Par ailleurs, le sous-préfet de Calais, Vincent Berton soutient qu'il s'agit d'une "réponse scrupuleuse" aux injonctions de la justice. Le système est amené à "évoluer" et sera "adapté" à la population promet-il. Une population estimée à environ 400 personnes par les autorités.

Le système sera adapté à l'évolution du nombre de migrants. Vincent Berton, sous-préfet de Calais

En ce qui concerne les douches que réclament encore les associations. "_Un dispositif d'accès aux douches existe déjà pour les personnes les plus vulnérables (malades, femmes, enfants, personnes âgées, personnes handicapées). Il sera amplifié avant la fin du mois d'août et son accès se fera sur orientation des travailleurs sociaux ou des acteurs de santé publiqu_e" écrit la préfecture dans son communiqué.

"Calais ne doit pas être le cul-de-sac des frontières européennes"

La Ville de Calais quant à elle regarde arriver ses nouveaux dispositifs avec circonspection. La maire de Calais, Natacha Bouchard, avait déjà dit qu'elle ne se soumettrait pas aux injonctions du Conseil d'Etat et ne mettrait rien de plus en place. Son adjoint au maire en charge de la sécurité, Philippe Mignonet, confirme cette décision et ajoute que ces dispositifs ne résolvent en rien la situation s'ils ne s'accompagnent pas d'une politique globale de prise en charge des migrants.

"IL faut avoir une réflexion globale sur ce sujet". Philippe Mignonet, adjoint à la sécurité de Calais