Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

Camille et Emilie, de l'Adapei du Doubs, nagent pour la France aux Jeux Mondiaux Special Olympics d'Abu Dhabi

jeudi 14 mars 2019 à 9:57 - Mis à jour le jeudi 14 mars 2019 à 11:41 Par Hervé Blanchard, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon et France Bleu

Déficientes intellectuelles, deux Doubiennes, accompagnées par l'Adapei du Doubs, participent à partir du 14 mars aux Jeux Mondiaux Special Olympics 2019, à Abu Dhabi. Elles font partie des 7.000 athlètes mondiaux en lice. Ce projet est surtout l'histoire d'une belle aventure humaine.

Camille de Seloncout (à gauche) et Emilie de Voujeaucourt (à droite) vont nager pour l'ADAPEI 25 et la France
Camille de Seloncout (à gauche) et Emilie de Voujeaucourt (à droite) vont nager pour l'ADAPEI 25 et la France © Radio France - Hervé Blanchard

Doubs, France

Elles s'appellent Emilie Outhier et Camille Barreau. Elles ont respectivement 37 et 27 ans.  Emilie vient de Voujeaucourt et Camille de Seloncourt. Ces deux jeunes femmes représentent la France aux Jeux Mondiaux Special Olympics 2019 à Abu Dhabi, à partir de ce jeudi. Ce sont comme des JO ouverts uniquement aux personnes déficientes intellectuelles

Camille et Emilie y participent dans les épreuves de natation et sont accompagnées dans ce projet par l'Adapei du Doubs, et plus particulièrement du pays de Montbéliard. Elle portent haut les couleurs de l'association et sont encadrées par leurs deux entraîneurs, David Requet et Nathalie Martin. Ce projet met surtout en valeur une formidable chaîne de solidarité et montre que le sport aide à l'émancipation des personnes en situation de handicap mental.

"L'important c'est de participer" - Emilie

Depuis des mois et des mois, Camille et Emilie s'entraînent deux fois par semaine dans la piscine de Valentigney.  A quelques jours du départ pour Abu Dhabi, Emilie nous confiait sa joie de participer à ces jeux : "Je suis très contente, très fière, mais l'important c'est de participer, le reste on verra". Autrement dit,  le chrono importe peu. L'essentiel est ailleurs pour David Requet, leur entraîneur : "A travers ces rencontres, ce qui compte aussi, c'est de parler des personnes porteuses d'un handicap mental, c'est prouver aussi qu'elles sont capables de faire des choses, et de bien les faire".

Camille et Emilie avec leurs deux entraineurs, Nathalie Martin et David Requet - Radio France
Camille et Emilie avec leurs deux entraineurs, Nathalie Martin et David Requet © Radio France - Hervé Blanchard

"Grâce à ce projet, ma fille va mieux qu'avant" - Jacques, le papa d'Emilie

Ce projet a aussi une autre vertu. Il a permis aux jeunes filles de s'émanciper reconnait Jacques, le papa d'Emilie : "Ça lui a donné peut-être un peu d'assurance, c'est vrai qu'elle est bien dans sa peau, elle est bien mieux qu'avant. Par exemple, avant, elle se grattait beaucoup, elle avait des tocs, elle ne se gratte presque plus aujourd'hui. On est super contents du projet". Camille et Emilie ont aussi fait des progrès dans l'eau. Elles ont amélioré leur temps de plusieurs secondes. 

L'important encore une fois, c'est l'aspect humain de toute cette aventure pour Nathalie Martin, leur co-entraîneur : "C'est une belle leçon d'humilité. Franchement, moi ça me fait du bien quand je les vois. Des fois, je n'ai pas envie de venir aux entraînements, mais quand je les vois, ça me remonte le moral. En plus, elles sont super sympas ces gosses (sic), et elles sont très complices". Et leur coach de rajouter : "Elles ont leur caractère, je les connais bien maintenant. Emilie, elle veut toujours en faire plus, c'est une volontaire, alors que Camille, il ne faut pas la distraire. Mais si on lui dit, on y va ! Eh bien, elle y va !

Camille et Emilie nageront trois courses chacune, sur 25 mètres, 50 mètres et en relais. "On ne leur met pas la pression pour les médailles. On est là pour prendre du plaisir tous ensemble. C'est une grande aventure humaine pour nous tous. Sur 7.000 participants, on a quand même été sélectionnés, c'est comme jouer au loto" s'enthousiasme Nathalie Martin. Et gagner surtout l'admiration et le respect de tous. 

Un parrain en or

Cerise sur la gâteau, Camille et Emilie sont parrainées par Alain Bernard, triple médaillé olympique à Pékin en 2008 et champion olympique en 2012 à Londres. Le nageur français doit d'ailleurs être présent à Abu Dhabi pour les encourager ainsi que les 121 athlètes français engagés dans tous ces Jeux. 

Début février, Camille et Emilie n’avaient pas pu participer aux championnats de France Special Olympics à Sophia Antipolis. Leur parrain Alain Bernard leur a adressé un message d’encouragement en vidéo.

Enfin, un tel voyage coûte cher. Le montant de ce projet avoisine les 16 500 euros. Aujourd'hui ce budget est quasiment bouclé grâce aux bénévoles de la section locale du Pays de Montbéliard et aux nombreux partenaires. Il est néanmoins encore possible de faire un don via le site internet de l'Adapei en précisant qu'il est destiné au projet Abu Dhabi.