Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Camps de migrants : l'appel des maires pour plus de dignité

Les maires de Paris, Saint Denis et onze autres villes en France dénoncent la "situation indigne" des migrants en France et réclament à l'Etat des places d'hébergement supplémentaires. Ils écrivent une lettre aux ministres de l'Intérieur et du Logement.

Le campement de migrants le long du périphérique Porte de la Chapelle à Paris
Le campement de migrants le long du périphérique Porte de la Chapelle à Paris © Radio France - Laëtitia Heuveline

Porte de la Chapelle, Paris, France

"Nous devons construire collectivement une réponse au défi que pose l'accueil des réfugiés en France. C'est pourquoi nous vous demandons de nous recevoir afin d'échanger sur le dispositif d'accueil et d'orientation des migrants" écrivent les élus dans la lettre adressée aux ministres de l’Intérieur et du Logement.

Depuis la fin de la trêve hivernale fin mars, plusieurs évacuations de campements de migrants ont eu lieu dans le nord de Paris. À chaque fois, plusieurs centaines de personnes ont été prises en charge.  

"Aujourd'hui, nous sommes confrontés à un engorgement des centres d'hébergement de migrants. La situation est inacceptable. On est au bout du rouleau", dénonce la maire de Paris Anne Hidalgo aux côtés de plusieurs représentants des douze autres villes qui lancent l’appel. Les signataires sont les maires de Paris, Lille, Bordeaux, Saint-Denis, Aubervilliers, Rennes, Troyes, Metz, Toulouse, Strasbourg, Nantes, Grenoble et Grande-Synthe.

Plusieurs associations venant en aide aux migrants, comme France terre d'Asile, Emmaüs France ou l'Armée du Salut étaient également présentes pour soutenir cet appel. "Il faut mettre fin au « dublinage » (application du règlement Dublin qui délègue la responsabilité de l'examen de la demande d'asile d'un réfugié au premier pays qui l'a accueilli). On oblige des gens à revenir dans leur pays d'arrivée. On sait sur le terrain que ce n'est pas possible" demande aussi Marie-Aimée Peyron, bâtonnier de Paris, qui soutient cet appel.  

Plus de 600 tentes installées à Paris

Plus de 600 tentes occupées par des migrants sont installées à Paris, soit entre 800 et 1.475 personnes, selon un comptage réalisé par l'association France terre d'asile le 19 avril. Avec deux campements très importants Porte d’Aubervilliers et Porte de la Chapelle. 

Jean-Michel Métayer vit dans une tour de 26 étages porte de la Chapelle depuis 30 ans, il préside l’amicale des locataires Vivre au 93 Chapelle. Il avoue : "C’est fatigant des fois... Ce n’est pas un lieu facile alors les toxicomanes, plus les migrants, plus tout le reste, ça ne facilite pas les choses ! Des amis m’ont avoué qu’ils ne sortent plus dans la station de métro Porte de la Chapelle. Il y a des femmes qui tous les soirs appellent leurs maris pour qu’ils viennent les chercher ! Il y a aussi des hôtels ici, beaucoup d’étrangers viennent et j’ai vu le cas d’une famille bolivienne qui le lendemain de son arrivée cherchait une autre adresse. Ils se sont dit "nous arrivons dans la plus belle ville du monde pour voir ça ?!" Ils étaient effarés, horrifiés !"

Choix de la station

France Bleu