Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Car les réseaux sociaux ne remplacent pas l'écoute, SOS Amitié a besoin de bénévoles à Reims

vendredi 23 novembre 2018 à 15:59 Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne

Avec seulement une vingtaine de bénévoles, l'antenne de SOS Amitié à Reims a du mal à répondre à tous les appels : 45% seulement aboutissent. Car malgré les réseaux sociaux, le besoin d'écoute est toujours aussi important. Alors les nouveaux "écoutants" sont les bienvenus.

L'antenne de Reims compte une vingtaine de bénévoles.
L'antenne de Reims compte une vingtaine de bénévoles. © Maxppp - Jean-Baptiste Quentin

Reims, France

L'association SOS Amitié lance une campagne de recrutement car ellemanque de bras -ou plutôt d'oreilles- pour faire face aux appels, avec ce slogan : "le silence peut tuer". A Reims, une vingtaine de bénévoles donnent de leur temps chaque semaine, de nuit comme de jour, car la mission de SOS Amitié est d'écouter 24h/ 24 et 7 jours/ 7. Mais ça ne suffit pas... "On ne répond pas du tout à la quantité d'appels, il y a 45% d'appels aboutis et les autres ne le sont pas", regrette Elisabeth Duntze, présidente de SOS Amitié à Reims.  

40 appels par jour en moyenne à Reims

Et la quantité d'appels ne faiblit pas d'année en année. Malgré les réseaux sociaux. "Très paradoxalement, car tous ces moyens de communication sont très superficiels et je crois que quand on communique sur Facebook avec ses copains, c'est pas comme quand on parle à quelqu'un d'anonyme", souligne encore Elisabeth Duntze, qui est également écoutante. L'anonymat est très important pour ceux qui composent le numéro de SOS Amitié, d'autant qu'il n'y a pas de profil type. 

"On peut tout à fait être inséré dans la société, avoir un travail, être en famille et pour autant ressentir une solitude extrême", explique Jean-Paul Clément, bénévole à SOS amitié depuis 17 ans maintenant. La solitude, et la détresse en général selon Jean-Paul Clément : "la souffrance psychique pour 90 % des appelants est exprimée soit en filigrane soit directement"

Les écoutants ont une formation avec des psychologues 

Aujourd'hui, l'association veut attirer plus bénévoles donc, car le turnover est important. Car tous les bénévoles sont formés, entre 4 et 6 mois. Avec des psychologues et d'autres bénévoles expérimentés. "Car l'écoute à SOS amitié est très particulière, sans jugement", précise Elisabeth Duntze. Les bénévoles s'engagent à donner 24 heures de leur temps par mois. 

  • Pour être bénévole à Reims s'adresser à SOS Amitié : sosamitiereims@org.fr
  • L'association sera place d'Erlon à Reims ce samedi 24 novembre, de 14 h à 18 h.