Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une nouvelle épicerie sociale et solidaire vient d'ouvrir à Carpentras

-
Par , France Bleu Vaucluse

Une épicerie sociale et solidaire vient d'ouvrir à Carpentras (Vaucluse), la seconde dans la ville dont le principe est de venir en aide aux personnes dans le besoin.

Une cinquantaine de personnes ont poussé la porte de l'épicerie d'Esther depuis la semaine dernière.
Une cinquantaine de personnes ont poussé la porte de l'épicerie d'Esther depuis la semaine dernière. © Radio France - Stéphane Garcia

Carpentras, France

"J'ai toujours rêvé de ça." Esther Cantone n'en revient toujours pas. Cette femme originaire de Saint-Étienne a ouvert depuis le mardi 23 juillet une épicerie sociale à Carpentras, au 141 avenue du Mont-Ventoux. Son nom : "Les Caddies de l'Espoir". Qu'ils soient au chômage, retraités ou dans une autre situation compliquée, les personnes dans le besoin peuvent ouvrir la porte de cet établissement. 

Actuellement, une cinquantaine de personnes ont déjà fait le premier pas, moyennant une adhésion à hauteur de 3 euros pour devenir bénéficiaire. "Ça me fait mal de le reconnaître, mais je vois de plus en plus de travailleurs précaires", souligne Esther, qui a travaillé pendant cinq ans dans le social.

Un lieu social

En échange de cette adhésion, les bénéficiaires ont accès à un large choix de produits : du frais, des condiments, du surgelés, du lait, des gâteaux, etc. Mais ça ne s'arrête pas là, puisque Esther a installé dans une salle derrière un espace dédié aux vêtements, à des livres et même un coin pour la vaisselle. 

Dans l'établissement tout neuf, une large gamme de produits sont proposés - Radio France
Dans l'établissement tout neuf, une large gamme de produits sont proposés © Radio France - Stéphane Garcia

Parmi les bénéficiaires, Ophélie, 27 ans. "J'ai accouché de ma fille l'année dernière et j'ai dû arrêter le travail parce que je n'ai pas trouvé de place en crèche. Je viens d'emménager, j'ai payé la caution, le loyer, les factures, du coup les fins de mois sont compliquées". Et pour Océane, une ancienne bénéficiaire devenue bénévole : "Esther m'a beaucoup idée et aujourd'hui ma situation va nettement mieux. Elle nous aide moralement. C'est une grande sœur."

"Esther ? Une grande sœur"

"J'ai envie que ce soit bien plus qu'une simple épicerie sociale" résumé la gérante. Preuve en est, puisqu'un espace coiffure devrait voir le jour en septembre, avec une coiffeuse à la retraite.

L'association accueillera également une fois par semaine Gérard Rolland, élu municipal délégué à la vie sociale et solidaire, qui aidera les gens à remplir des documents officiels.

Esther Cantone ambitionne d'en faire un lieu d'échange où les adhérents pourront se confier. "Les gens en difficultés financières ont parfois besoin de parler, de se livrer, sans être jugés, pour se décharger d'un poids. Et je pense que pour faire venir le plus de personnes, et pour qu'elles se sentent bien, il faut être au plus près de leurs besoins."

"Ça va être dur sur les premiers mois, mais on reste positif pour la suite." - Esther, la gérante

Comment s'assurer que le commerce puisse pérenniser, s'installer dans la durée pour venir en aide à ces personnes. Avec un prêt contracté pour lancer l'affaire ?  Les "Caddies de l'Espoir" ont signé une convention avec la Banque alimentaire. "Des produits que l'on vend très bas", assure Esther Cantone. La moindre sortie d'argent est calculée, "d'autant qu'on n'a pas droit aux subvention municipales et départementales".

Pendant les deux premiers mois, la gérante n'espère pas se faire un salaire, sa secrétaire est pour l'instant bénévole. Des proches viennent prendre la caisse ou donner de l'aide à l'occasion. Et puis l'épicerie compte également sur les dons : vêtements, produits alimentaires, argent... qui pourraient atterrir dans les caddies des bénéficiaires.

Le magasin est ouvert de 9h à 12h et de 16h à 19h le lundi et le mercredi. De 9h à 12h et 15h à 18h30 les mardi, jeudi et vendredi. - Radio France
Le magasin est ouvert de 9h à 12h et de 16h à 19h le lundi et le mercredi. De 9h à 12h et 15h à 18h30 les mardi, jeudi et vendredi. © Radio France - SG
Choix de la station

France Bleu