Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

CARTE | Découvrez les capitales retenues par le gouvernement pour les nouvelles régions

- Mis à jour le -
Par France Bleu Auxerre, France Bleu Bourgogne, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie, France Bleu Saint-Étienne Loire

A l'issue du dernier conseil des ministres avant les vacances parlementaires, le gouvernement a annoncé ce vendredi les 13 villes qui ont été retenues pour devenir capitales provisoires des futures régions. Parmi les régions où le choix était peu aisé, Lille, Rouen et Dijon ont été désignées comme capitales, aux côtés de Lyon, Bordeaux, Toulouse et Strasbourg.

Le siège du conseil régional de PACA, à Marseille
Le siège du conseil régional de PACA, à Marseille © Maxppp

Le choix n'est pas définitif, mais il donne déjà une idée de ce que seront les capitales administratives des 13 nouvelles régions qui composeront la France dès l'année prochaine : ce vendredi, le gouvernement a annoncé à la sortie du conseil des ministres la liste provisoire des 13 villes qui ont été retenues pour devenir capitales de région.

Une liste qui "peut encore bouger en théorie, d'ici l'année prochaine", a rappelé vendredi matin le secrétaire d'Etat André Vallini. Car cette liste n'est que provisoire : ce sera aux Conseils Régionaux, une fois constitués après les élections de décembre, de trancher définitivement. Les capitales seront définitives le 1er juillet prochain.  

La carte des capitales de régions annoncées par le Gouvernement
La carte des capitales de régions annoncées par le Gouvernement © Radio France - JB
**QU'EN PENSEZ-VOUS ? > ** [Vous pouvez encore voter pour votre capitale et votre nom de région préférés sur notre page spéciale](http://www.francebleu.fr/infos/territoire/votez-pour-le-nom-et-la-capitale-de-votre-future-region-2365527) Les choix de villes pas tous évidents ------------------------------------- Pour une partie de ces villes, aucun problème ne s'est posé : soit parce que les régions n'avaient pas changé **(c'est le cas de Rennes en Bretagne, Nantes en Pays de la Loire, Ajaccio en Corse, Orléans en Centre et Paris en Île-de-France)** , soit parce que l'importance politique et économique de l'une des villes était telle que le choix semblait quasi-incontestable. Ainsi **Bordeaux ** s'est imposé face à Poitiers et Limoges dans la future région Aquitaine – Poitou-Charentes – Limousin ; **Lyon ** a été retenue plutôt que Clermont-Ferrand dans la région Rhône-Alpes – Auvergne ; et[**Strasbourg ** plutôt que Metz](http://www.francebleu.fr/politique/strasbourg/acal-la-repartition-des-services-de-l-etat-dans-la-grande-region-2511525) et Châlons-en-Champagne, malgré sa position excentrée, dans la future région ACAL (Alsace - Champagne-Ardennes - Lorraine). **Restent quatre régions où le choix était moins évident : ** **Nord - Picardie : ** Malgré une motion votée par le conseil municipal d'Amiens pour demander au gouvernement de prendre en compte la situation géographique de la ville pour choisir la capitale, le gouvernement a tranché,** c'est Lille qui sera la capitale de cette région** .**Bourgogne - Franche-Comté : ** **c'est Dijon qui est retenue** pour devenir capitale de région, face à Besançon, les deux villes étant pourtant à peu près équivalentes en termes de poids démographique et économique. **Normandie : ** les capitales de la Haute et la Basse-Normandie, Caen et Rouen, se disputaient le titre de capitale de la grande région Normandie. **C'est finalement Rouen qui l'emporte** . Mais pour compenser, un partage des pouvoirs devrait être mis en place, avec le conseil régional à Rouen, mais la préfecture de région maintenue à Caen. **Languedoc-Roussillon - Midi-Pyérnées : ** **Toulouse avait déjà été annoncée depuis longtemps** comme la plus à même de devenir capitale régionale. Mais à Montpellier, la pilule a mis du temps à passer. Ce vendredi après-midi,[ une réunion à Carcassonne a enterré la hache de guerre définitivement](http://www.francebleu.fr/infos/reforme-territoriale/toulouse-et-montpellier-se-partagent-la-future-grande-region-2511611) : le recteur d'académie sera à Montpellier, ainsi que 5 des 11 administrations régionales existantes. Quelles conséquences pour les emplois ? --------------------------------------- Cette réforme s'accompagnera de suppressions de postes : selon le compte-rendu du conseil des ministres de ce vendredi, **"la réforme fait disparaître 9 postes de préfets de région et de directeurs régionaux d'agences régionales de santé (** ARS) et 63 postes de directeurs régionaux des administrations de l'Etat".  En d'autres termes, dans chaque nouvelle région** il n'y aura qu'un seul conseil régional, un préfet de région, une ARS, un seul recteur et un seul directeur régional ** pour chaque réseau ministériel (comme par exemple à la direction régionale des finances publiques ou à la direction régionale des affaires culturelles). Les mobilités forcées compensées financièrement ----------------------------------------------- Si le compte-rendu parle de suppressions de directeurs, **il ne précise pas si cela impliquera des suppressions de postes dans les échelons inférieurs** . Il est toutefois évident que des services changeront de localisation, même si "il faut des équipes qui ne soient pas trop éloignées de leur lieu de travail", a précisé la ministre de la Décentralisation Marylise Lebranchu vendredi matin. **> A LIRE AUSSI :** [Epinal perd la chambre régionale des comptes](http://www.francebleu.fr/infos/grande-region/grande-region-epinal-perd-la-chambre-regionale-des-comptes-2511557) Ces changements vont toutefois impliquer des nécessités de mobilités professionnelles :** cela devrait concerner environ 1.000 agents sur les 27.000 que comptent les régions** actuellement. Mais deux décrets publiés vendredi au journal officiel assurent que des compensations financières seront prévues pour les mobilités contraintes. 
Choix de la station

À venir dansDanssecondess