Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

CARTE - Grand Est : la croissance de la population en perte de vitesse

jeudi 27 décembre 2018 à 12:09 - Mis à jour le jeudi 27 décembre 2018 à 12:32 Par Blandine Costentin, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu Champagne-Ardenne

Le Grand Est attire peu : la population de la région a faiblement augmenté entre 2011 et 2016, annonce l'Insee ce jeudi. C'est dans la périphérie des très grandes villes que le nombre d'habitants s'accroît.

Strasbourg, Reims et Metz, les villes les plus peuplées du Grand Est.
Strasbourg, Reims et Metz, les villes les plus peuplées du Grand Est. © Maxppp - M. Golini / G. Lenz / P. Heckler

Grand Est, France

L'Insee révèle ce jeudi les nouveaux chiffres de la population française qui livrent en réalité une photographie du territoire au 1er janvier 2016. A cette date, la France comptait 66.362.000habitants. Le Grand Est, né de la fusion des régions Alsace, Lorraine et Champagne-Ardennes, représente 8,4% de la population nationale, avec 5,5 millions d'habitants. 

La région Grand Est attire peu

Si la population française augmente "vigoureusement" selon l'Insee, avec une croissance démographique de 0,4% par an en moyenne, le Grand Est, avec 0,1%, est sous la moyenne. Le rythme s'est même ralenti par rapport à la précédente vague, 2006-2011. L'augmentation annuelle (de 16.105 habitants) est due au solde naturel, c'est-à-dire la différence entre naissances et décès. Le solde migratoire, en revanche, est négatif. C'est l'un des plus faibles de métropole, après l'Ile-de-France et les Hauts-de-France. "L'attrait de la région reste limité" relève l'Insee.

La population continue de baisser dans les départements ruraux

Les départements les moins peuplés de la région, les Ardennes, la Haute-Marne, la Meuse et les Vosges, continuent de perdre des habitants. Là encore, c'est le solde migratoire négatif qui pèse sur ces territoires. A cela s'ajoute, pour la Haute-Marne et les Vosges, le vieillissement de la population. 

Le nombre d'habitants augmente nettement dans le Bas-Rhin et l'Aube : l'un bénéficie du dynamisme de l'agglomération strasbourgeoise, l'autre de la proximité de la région parisienne. Dans une moindre mesure, la population augmente dans l'autre département alsacien, le Haut-Rhin, ainsi que dans la Marne.

Aube et Bas-Rhin : les seuls départements du Grand Est où le solde migratoire est positif. - Aucun(e)
Aube et Bas-Rhin : les seuls départements du Grand Est où le solde migratoire est positif. - Insee

En Meurthe-et-Moselle et en Moselle, la population reste stable entre 2011 et 2016, alors qu'elle avait augmenté sur la période précédente.

Le dynamisme des communes de banlieue

Le Grand Est compte 5.132 communes, soit 14,5% des communes de France. Seule Strasbourg se place parmi les dix communes les plus peuplées de France, en huitième position. Paris, Marseille et Lyon représentent le trio de tête. Dans le Grand Est, il y a 68 communes de plus de 10.000 habitants qui rassemblent plus d'un tiers de la population régionale.

Les 50 communes les plus peuplées du Grand Est rassemblent près d'un tiers de la population. La moitié d'entre elles sont lorraines. La population de ces 50 communes stagne globalement, après avoir diminué sur la période précédente. Le détail dans la carte ci-dessous (vous êtes sur mobile : touchez les cercles pour découvrir le nom de la commune et l'évolution de sa population, sur ordinateur, promenez votre souris. Et n'hésitez pas à zoomer).

La population évolue diversement selon les communes. Les plus fortes hausses se situent dans les banlieues des grands pôles urbains : Lingolsheim et Ostwald près de Strasbourg par exemple ou Woippy et Fameck près de Metz. Mais si Strasbourg accroît sa population, tout comme Reims, ce n'est pas le cas de Metz, ni de Mulhouse et Nancy où elle a baissé.

Les plus fortes de baisses se retrouvent dans des communes dites "villes centres" par l'Insee et situées dans des départements à dominante rurale : Sedan, Saint-Dié-des-Vosges, Lunéville ou encore Charleville-Mézières

La répartition de la population dans toutes les régions de France

La répartition de la population dans toutes les communes de France. - Visactu
La répartition de la population dans toutes les communes de France. © Visactu