Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

CARTE INTERACTIVE | Accueil de réfugiés : le débat et les initiatives près de chez vous

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu

La France accueillera 24.000 réfugiés en deux ans. L'annonce faite par l'Elysée le 7 septembre vient nourrir le débat qui agite le pays autour du bien-fondé et des capacités à accueillir ces migrants qui fuient leurs pays. Zoom sur les prises de position et les initiatives locales.

La France va accueillir 24.000 réfugiés en deux ans.
La France va accueillir 24.000 réfugiés en deux ans.

Le débat n'est pas nouveau mais a pris une nouvelle ampleur depuis la publication sur internet et dans la presse du monde entier de la photo d'Aylan, le 2 septembre. Le cliché du jeune garçon syrien de trois ans, échoué sur une plage turque après une tentative avortée de traversée de la Méditerranée, a suscité une vive émotion et fait resurgir la même question dans de nombreux pays : faut-il organiser et imposer un système d'accueil de ces réfugiés qui quittent leurs pays ?

"Oui", ont décidé la France et l'Allemagne, qui ont choisi de proposer à leurs partenaires européens la mise en place d'une procédure permanente et obligatoire d'accueil. Cent-vingt mille personnes en deux ans doivent se voir ouvrir les portes de pays de l'Union européenne, dont vingt-quatre mille en France. Mais alors que l'Allemagne affiche un volontarisme appuyé en débloquant six milliards d'euros pour faire face à l'afflux de cette population étrangère, alors qu'Angela Merkel se "réjouit que le pays soit devenu un lieu avec lequel les gens associent de l'espoir", les Français semblent avoir plus de mal à trouver un consensus. Une étude réalisée pour le quotidien Aujourd'hui en France montrait le 6 septembre que 55% des sondés étaient hostiles à un assouplissement des règles d'octroi du statut de réfugié. Un peu partout, élus et acteurs de la société civile se mobilisent pour prendre la parole ou mener des actions locales, "pour" ou "contre" l'accueil de ces migrants. France Bleu s'en fait la vitrine.

>> Cliquez sur les points pour accéder aux articles :

Choix de la station

À venir dansDanssecondess