Société

CARTE Le parcours de la LGV au-delà de Bordeaux reprend de l'élan

France Bleu Gironde mercredi 23 octobre 2013 à 6:00

La LGV est sensée mettre Toulouse à 1h10 de Bordeaux (illustration).
La LGV est sensée mettre Toulouse à 1h10 de Bordeaux (illustration). © Radio France - Pierre Neveux

Le ministre des Transports Frédéric Cuvillier apporte des précisions, ce matin sur France Bleu Gironde. Il est notre invité à 8h20. Le projet avant 2030 n'ira pas seulement vers Toulouse, mais aussi vers Dax.

Première ligne : Bordeaux - Toulouse évidemment, chiffrée à près de six milliards d'euros, pour mettre les deux capitales régionales à une heure de trajet seulement. Et pour mettre Toulouse, à un petit peu plus de trois heures de Paris, soit deux de moins qu'actuellement. Le ministre table sur une mise en service en 2024.

Cette carte présente, à titre indicatif , le projet de ligne à grande vitesse depuis Toulouse et Dax à destination de Bordeaux. Cliquez sur les repères pour avoir le détail. Sélectionnez la "cible" pour vous géolocaliser. Voir la carte en plein écranSource : RFF GPSO.frBientôt l'enquête publique

Elle va démarrer vite, au 1er semestre de l'année prochaine, c'est à dire dans quelques mois.

Deuxième ligne , et c'est un peu une surprise puisque le prolongement vers la frontière basque espagnole semblait presque abandonné : une moitié de ligne en fait, entre le s ud Gironde et le Nord de Dax dans les Landes.Il faudra trouver plus de trois milliards d'euros pour la faire.

Le parcours de la LGV au delà de Bordeaux, reprend de l'élan.

Le ministère des transports prend le soin de préciser que cette portion d'une centaine de kilomètres permettra de gagner 20 minutes , dans le parcours vers Bayonne. Les pouvoirs publics ont manifestement choisi de temporiser pour déminer le terrain. La portion Bayonne - Hendaye fait l'objet d'une forte hostilité.

Le tronçon Dax - frontière espagnole est envisagé dans une 2e phase du projet à l'horizon 2032.

Le parcours de la LGV au delà de Bordeaux, reprend de l'élan.

Mots-clés :