Société

Catherine vit, depuis deux ans, dans sa voiture à Rennes

Par Brigitte Hug, France Bleu Armorique et France Bleu mercredi 18 janvier 2017 à 20:11

La voiture de Catherine, c'est sa maison!
La voiture de Catherine, c'est sa maison! © Radio France - Brigitte Hug

Plus de 3.400 places d'hébergement supplémentaires ont été ouvertes, ces derniers jours, en France pour faire face à la vague de froid. Elle, dit ne pas souffrir du froid. Catherine, 54 ans, vit depuis deux ans dans sa voiture, dans l'agglomération rennaise.

L'histoire de Catherine est difficile, liée à l'alcool et aux médicaments. Un jour, une médecin psychiatre l'a poussée hors de l'hôpital. "Elle m'a rendu service. j'ai dû me débrouiller moi-même.", souligne la quinqua qui a alors quitté la région parisienne pour la Bretagne. "C'est curieux, je me suis arrêtée de boire quand je suis arrivée en Bretagne.", plaisante t-elle. La première fois qu'elle a dormi dans sa Peugeot 405, Catherine est allée au bout de la terre, sur la plage de Plougastel- Daoulas: "J'étais pas très rassurée, la mer bougeait!". Puis la bretonne d'adoption est restée quelques mois dans la forêt de Brocéliande avant de venir à Rennes. Au début, elle garait sa voiture un peu n'importe où dans la ville mais au bout de trois jours, elle devait quitter les lieux :" J'étais repérée par les bonhommes qui cherchent des prostituées. Ce que je ne suis pas!". Maintenant, son véhicule est stationné dans une aire de camping-car de l'agglomération rennaise. Là, elle est tranquille.

le lit occupe tout le côté droit de la voiture - Radio France
le lit occupe tout le côté droit de la voiture © Radio France - Brigitte Hug

Mon camping-car rustico-alternatif, pas très écologique, homologué par moi-même

La voiture de Catherine, c'est sa maison! "Mon camping-car rustico-alternatif, pas très écologique, homologué par moi-même.", ajoute-t-elle avec un clin d'oeil. Elle a supprimé le siège passager et déplié son lit sur tout le côté droit. Elle dort avec deux duvets et une couette et quand il fait vraiment froid, elle a son chauffage d'appoint. "J'ai des briques réfractaires que je mets à chauffer sur le camping-gaz.". Les vêtements sont rangés devant sous le lit. Derrière le siège conducteur, Catherine a installé un petit coin cuisine avec quelques ustensiles, un peu de vaisselle. "De quoi chauffer un thé et cuire quelques pommes de terre.". L'eau et le reste de la nourriture sont dans le coffre. La priorité pour cette femme, c'est l'essence et le gaz. "Les vêtements, je n'ai pas besoin de beaucoup de choses et de toute façon, je n'ai pas de place. Pour manger, il y a toujours le restaurant social, le Fourneau, à 1 euro le repas.", explique-t-elle. Catherine se débrouille pour y arriver avec ses 790 euros de revenu par mois, le montant de l'allocation aux adultes handicapés qu'elle perçoit.

Le coin cuisine est derrière le siège conducteur - Radio France
Le coin cuisine est derrière le siège conducteur © Radio France - Brigitte Hug

Pour prendre sa douche et laver son linge, Catherine va à Rennes au centre d'accueil de jour, le Puzzle. C'est le seul lieu qui possède une laverie pour les sans-abri. "Les vêtements, quand il pleut, ils restent humides. Donc j'ai besoin de les laver et de les sécher.", précise t-elle. Et puis, elle va aussi au Puzzle "pour ne pas rester seule à ruminer!". Elle a même sympathisé là avec une autre femme. Elles projettent, toutes les deux, de se mettre en colocation. Cela permettrait à Catherine d'accueillir ses deux grands enfants avec qui elle a renoué des liens.

Catherine:" Le lit fait toute la longueur de la voiture."