Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ce mercredi à Tulle et à Brive c'est la police qui payait le café

-
Par , France Bleu Limousin

Dans le cadre de la semaine de la sécurité intérieure les commissariats de Brive et de Tulle se sont installés ce mercredi dans un bar toute la matinée et offraient le café, et les croissants, à tous ceux qui s'arrêtaient. Une façon de nouer, renouer, le dialogue avec la population.

A Tulle les tables des policiers ont rarement été vides
A Tulle les tables des policiers ont rarement été vides © Radio France - Philippe Graziani

Corrèze, France

Le commissariat de Brive avait choisi le café Bogota de la galerie marchande du magasin Carrefour. A Tulle c'est à la Rotonde que les policiers se sont installés. C'est la première fois en Corrèze que cette opération "Un café avec un policier", calquée sur une pratique déjà ancienne aux Etats-Unis, est organisée. Le capitaine Arnaud Touboulic de Tulle ne savait pas trop comment les gens allaient réagir. "Sur les gens qu'on invite et qui viennent il n'y a pas eu de refus" pouvait-il cependant se réjouir en fin de matinée.

Stop aux clichés

Et de fait il y a eu beaucoup de monde à Brive comme à Tulle. Et beaucoup de personnes qui se sont arrêtées ont été séduites par ce contact vraiment différent. "Partager un café, une parole c'est toujours bien, commente Jordan, la vingtaine. Ça prouve que la police ce n'est pas les clichés qu'on donne sur eux". Un réconfort sans doute aussi pour les policiers bien malmenés dans l'opinion ces derniers mois. "On s'est rendu compte à Tulle, explique le capitaine Touboulic, que la population a besoin de parler et ne va pas assez au devant des personnes".

Ne pas hésiter à appeler la police

Cette matinée au café était aussi l'occasion d'inciter les gens à appeler la police plus souvent en cas de problèmes. "C'est autant d'yeux et d'oreilles que nous n'avons pas" explique Pascale policière à Tulle. "Il n'y a pas ce réflexe. On constate même de la défiance vis-a-vis des forces de police" regrette Arnaud Touboulic. Et d'ajouter. "Alors que les gens qui viennent boire le café on le voit bien, ont besoin de se confier et ont plein de choses à nous dire". Avant de conclure : "On voit bien aussi que les gens ont besoin de soutien. Et c'est d'ailleurs tout à fait réciproque". 

Choix de la station

France Bleu