Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ce que les aides à domicile attendent du gouvernement en Pays de Savoie

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

En Savoie, Raymond ne parvient pas à recruter des aides à domicile. En Haute-Savoie, Nathalie réclame une reconnaissance et un salaire décent. Le rapport El Khomri est attendu ce mardi.

Les aides à domicile seront-elles vraiment aidées ?
Les aides à domicile seront-elles vraiment aidées ? © Maxppp - maxppp

C'est ce mardi que Myriam El Khomri remet à la ministre de la Santé son rapport sur l'attractivité des métiers du grand âge. On attend une soixantaine de propositions notamment sur les aides à domiciles, qui vivent pour près de 20 % en dessous du seuil de pauvreté, qui utilisent leur propre voiture et sont très peu indemnisées, et qui subissent de nombreux accidents du travail - trois fois plus que pour les autres professions en moyenne.   

Des conditions enfin décentes

Raymond Massonnat dirige l'ADMR [aide à domicile en milieu rural ] du bassin chambérien - de la Ravoire au Bourget-du-Lac, soit 80 aides à domicile pour 400 personnes par mois. "J'ai six postes à pourvoir en ce moment, je ne trouve personne ! On a un turn over infernal. Les personnes viennent parfois une journée, dans l'attente de trouver un boulot qui paie mieux et elles s'en vont dès qu'elles le peuvent. Ce rapport El Khomri qu'on annonce... on fait souvent des rapports, on attend surtout des actes ! Qu'on puisse recruter dans des conditions décentes. Les aides à domicile sont des travailleurs pauvres. Cela ne peut plus durer. On nous demande de faire mieux avec moins, ce n'est plus possible. Il faut revoir à la hausse les tarifications. Faire en sorte que ce soit un vrai travail, c'est-à-dire un travail qui fait vivre. On peut toujours parler de "revalorisation", le moment de vérité c'est quand on va chez le boucher pour s'acheter un steack." 

Raymond Massonat - Radio France
Raymond Massonat © Radio France - Christophe Van Veen

Raymond Massonat a fait toute sa carrière dans le BTP et il n'a jamais vu autant d'accidents ou d'arrêts de travail. La manipulation des personnes est usante. Le dos, les bras... tout est trop sollicité. Il faut donc des pauses. Ce qui se traduit par du temps partiel et paupérise encore plus les employés. 

Ajoutez à ça l'utilisation de la voiture personnelle. Indemnité de 35 centimes le kilomètre en France en moyenne -majorée de deux euros en Savoie pour tenir compte de la spécificité "montagne"- équipements neige, usure des pneus, etc... On est loin du compte et beaucoup de candidats potentiels n'ont pas de véhicule.

"On tient parce qu'on se sent utile"

Nathalie Girod est aide à domicile dans le secteur d'Annecy depuis 19 ans. Début octobre, elle a manifesté avec 300 collègues de Haute-Savoie sur Annecy. Ce qu'elle attend du gouvernement et de ce rapport ? "Une reconnaissance. Une hausse du pouvoir d'achat. Parce que sinon, dans dix ans je serai encore au SMIC. Qu'on sorte enfin de l'ombre ! " 

Les prestations sont payées par les bénéficiaires et les conseils départementaux aux finances exsangues. Et les salaires, gelés parfois au SMIC à cause de la convention collective. Nathalie espère une révision du système de financement, de quoi vivre mieux, tout simplement. "On aide les gens à rester chez eux. Ils nous le disent : " Si vous n'étiez pas là, je serais obligé d'aller en institution". On les aide, on les sort, on fait les courses. C'est humainement très enrichissant. On tient parce qu'on se sent utile. Si c'était pour l'argent, on aurait arrêté depuis longtemps." 

Nathalie se considère comme privilégiée tout de même. Elle est employée par une association -qui compte une cinquantaine d''aides à domicile sur le bassin annécien- qui fait en sorte de respecter les horaires en évitant les journées à rallonge, et qui a une bonne gestion humaine. Ce n'est pas le cas de toutes les associations.  

Parmi les pistes qui ont filtré de ce rapport El Khomri : une meilleure formation pour éviter les accidents du travail, des tarifs préférentiels sur le parc automobile , une refonte de la convention collective qui bloque de nombreux salaires au SMIC.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu