Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ce qu'il faut retenir de l'année 2020 dans le Nord et le Pas-de-Calais

Chaque jour, pendant les vacances de Noël, France Bleu Nord revient sur ces événements qui ont marqué l'année 2020 dans la région.

On peut laver son masque chirurgical 10 fois en machine selon le chercheur nordiste Philippe Vroman
On peut laver son masque chirurgical 10 fois en machine selon le chercheur nordiste Philippe Vroman © Maxppp - Bruno Levesque

On peut laver les masques chirurgicaux, indique un chercheur nordiste

Le 21 septembre, nous interviewons dans la matinale de France Bleu Nord Philippe Vroman, le chercheur du laboratoire Gemtex, au sein de l'ENSAIT à Roubaix, l'école d'ingénieurs spécialisée dans le textile. Il nous explique qu'il est possible de laver les masques chirurgicaux cinq fois en machine tout en conservant un bon niveau de filtration, qui plus est supérieur à celui d'un masque en tissu.  On parle là bien sûr d'un usage pour le grand public. Les masques chirurgicaux utilisés dans un cadre médical doivent eux être jetés après utilisation. Cette interview sur France Bleu Nord fait grand bruit. Nous la publions également sur notre site internet et elle attire près de 1.800.000 curieux. Depuis, Philippe Vroman poursuit ses recherches qui lui ont notamment permis d'établir que les masques chirurgicaux peuvent être lavés 10 fois en machine tout en conservant un niveau de filtration satisfaisant pour un usage grand public. 

L'interview du chercheur Philippe Vroman, du laboratoire Gemtex de l'Ensait à Roubaix

La fermeture de l'usine Bridgestone de Béthune

Le 16 septembre 2020, le japonais Bridgestone annonce la fermeture de son usine de Béthune. 863 salariés vont perdre leur emploi. Ils connaissaient les difficultés de l'usine de pneus, la baisse des commandes mais ne s'attendaient pas à une telle issue. Ils reprochent surtout au groupe son manque d'investissement. "Vous voulez tuer votre chien, vous dites qu'il a la rage" déclarait Stéphane Lesix, le secrétaire du CSE, après l'annonce. La région et le gouvernement ont bien tenté de négocier avec le fabricant de pneus, sans succès. Les salariés ont manifesté leur mécontentement devant l'usine. Désormais, ils veulent se battre pour obtenir les meilleurs conditions de départ possibles.

La rétrospective de la fermeture de l'usine Bridgestone de Béthune

Les élections municipales: Martine Aubry réélue, le RN s'empare de Bruay-la-Buissière

Les élections municipales se déroulent sur fonds de crise du Covid: deux mois et demi séparent le 1er tour, le 15 mars, et le second tour, le 28 juin. Dans le Nord-Pas-de-Calais, deux villes retiennent particulièrement l'attention. Il y a Lille d'abord où Martine Aubry est réélue d'extrême justesse pour un quatrième mandat, avec 40% des voix, en devançant de seulement 227 voix le candidat d'Europe Ecologie Les Verts Stéphane Baly! Autre élection suivie de très près: celle de Bruay-La-Buissière, dans l'ancien bassin minier, remportée par le Rassemblement National. Avec l'élection de Ludovic Pajot, il s'agit de la deuxième ville du Pas-de-Calais désormais dirigée par le RN, avec Hénin-Beaumont. 

La rétrospective des élections municipales dans le Nord-Pas-de-Calais en 2020

Le confinement

Comment ne pas parler de 2020 sans évoquer ce qui a changé nos vies cette année : le coronavirus. Venu de Chine, il est arrivé en Europe puis en France en début d'année. Les cas de contaminations se sont faits de plus en plus nombreux, poussant le gouvernement a prendre des mesures sanitaires. Le samedi 14 mars, le premier ministre Edouard Philippe annonce la fermeture des bars et des restaurants le soir même. Deux jours plus tard, lundi 16 mars au soir, c'est le président de la République Emmanuel Macron qui annonce une mesure inédite : le confinement. Les déplacements sont interdits sauf dérogation inscrite sur une attestation. Le télétravail devient la norme, les élèves et les étudiants de toute la région suivent leurs cours à distance et l'apéro attablé à un comptoir de bar se transforme en visioconférence entre amis. Ce premier confinement va durer plus d'un mois et demi jusqu'au 11 mai. Avant de revenir au moment de la deuxième vague de l'épidémie, le 28 octobre... Jusqu'à la semaine dernière.

Migrants : le nombre de tentatives de traversées de la manche encore en augmentation 

Avec un port et un tunnel sous la manche ultra-sécurisés, depuis 2 ans les migrants ne tentent plus de monter dans les camions. Pour espérer atteindre la Grande-Bretagne, ils embarquent à bord d’embarcations de fortune au départ de Calais. De mars à juillet grâce à des conditions météorologiques favorables, le nombre de ces traversées clandestines se multiplient. Pour les stopper la France se tourne vers la Grande Bretagne. Un accord est signé le 1er décembre entre les 2 pays, les britanniques font un chèque de 31 millions d’euros à la France pour plus de moyens humains et techniques sur le littoral. Avec ce dispositif les autorités espèrent faire baisser les tentatives de traversées de la manche en 2021, car les chiffres augmentent chaque année. En 2019 la préfecture maritime avait recensé 203 tentatives impliquant 2294 migrants. Au 30 novembre 2020, elle en a compté 844 pour 9285 migrants secourus. 7 ont été retrouvés mort dans le détroit du Pas-de-Calais, dont une femme et 2 enfants. 

Les traversées de la manche de migrants en forte augmentation en 2020. Emmanuel Bouin.

MCA : après un projet de transfert à Douai, l'usine qui fabrique les Kangoos à Feignies sauvée

Fin mai, le groupe Renault annonce la suppression de 4600 postes en France et évoque la possibilité d'un transfert de l'activité assemblage de l'usine MCA de Maubeuge dans celle de Douai, soit les 3/4 des effectifs. Elus et syndicats craignent à terme la fermeture du site. Plusieurs milliers de personnes défilent dans les rues de Maubeuge pour sauver l'usine qui représente 12 000 emplois directs et indirects dans un bassin d'emploi sinistré. Face à la mobilisation, et en contrepartie d'un prêt de 5 milliards d'euros de l'état pour passer la crise sanitaire, le groupe au losange s'engage à garantir l'emploi après 2023, et à donner un nouveau projet industriel. En novembre le constructeur automobile annonce que 2 des futurs kangoo seront fabriqués sur le site du Val de Sambre, ce qui assure la pérennité du site sur les 7 à 8 prochaines années selon Jérôme Delvaux le porte parole de l'intersyndicale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess