Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Chômage partiel, prix du gaz, drones de loisir : ce qui change ce vendredi 1er mai

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

France Bleu fait le tour des changements qui entrent en vigueur ce vendredi 1er mai.

Les Français en arrêt de travail pour garde d'enfants ou grande vulnérabilité face au coronavirus vont basculer en chômage partiel, le 1er mai 2020
Les Français en arrêt de travail pour garde d'enfants ou grande vulnérabilité face au coronavirus vont basculer en chômage partiel, le 1er mai 2020 © Maxppp - sgaudard/PHOTOPQR/LA NOUVELLE REPUBLIQUE

Plusieurs changements entrent en vigueur ce 1er mai. Certains sont liés à la pandémie de coronavirus, comme le passage au chômage partiel des salariés en arrêt de travail pour garde d'enfant et des personnes les plus susceptibles de développer une forme grave de la maladie. France Bleu fait le point.

Le chômage partiel appliqué aux salariés en arrêt de travail pour garde d'enfant

À partir du 1er mai, la plupart des personnes en arrêt de travail pour garde d'enfants ou parce que qu'elles sont davantage susceptibles de développer des formes graves du Covid-19, basculeront en chômage partiel.

Dans un communiqué  diffusé le 17 avril, le ministère du Travail précisait qu'ils "percevront une indemnité à hauteur de 70% du salaire brut, soit environ 84% du salaire net. Ces montants seront portés à 100 % du salaire pour les salariés rémunérés au niveau du SMIC. Cette indemnité sera versée au salarié à l’échéance normale de paie par l’entreprise, qui se fera intégralement rembourser par l’Etat dans les mêmes conditions que le reste de l’activité partielle."

Les travailleurs indépendants, les fonctionnaires et les agents contractuels de droit public en arrêt de travail ne sont pas concernés par cette mesure et continueront d'être indemnisés de la même façon qu'ils le sont depuis le début de la crise après le 1er mai. 

Légère baisse des tarifs du gaz

Les tarifs réglementés de vente (TRV) du gaz, appliqués par Engie à des millions de foyers français, vont baisser de 1,3%. Cette baisse reflète celle des coûts d'approvisionnement d'Engie sur le marché, où les cours du gaz sont en recul.

Dans le détail, "cette baisse est de 0,3% pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 0,7% pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 1,3 % pour les foyers qui se chauffent au gaz", détaille la Commission de régulation de l'énergie (CRE).  

Environ quatre millions de particuliers sont concernés. 

La vente du muguet interdite sur la voie publique

Confinement oblige,la vente du muguet est interdite sur la voie publique cette année. Les ventes de muguet chez les 14.000 fleuristes français ne seront possibles vendredi que "sur livraison et en retrait de commande", a indiqué jeudi le gouvernement, soulignant que les règles "qui ont conduit à l'interdiction d'activité de la plupart des commerces" ne "sont pas levées, y compris pour le 1er mai".

La Fédération française des artisans fleuristes avait initialement indiqué dans l'après-midi avoir obtenu auprès du Premier ministre l'autorisation de vendre le traditionnel brin porte-bonheur devant les boutiques de fleurs, fermées au public depuis le 17 mars comme la plupart des autres commerces..

Vous pourrez également acheter quelques brins dans les magasins, sur les marchés autorisés ou chez les fleuristes proposant un service de livraison.

Les drones de loisir devront être équipés de dispositifs de signalement

A partir du 1er mai, les drones, circulant sans personne à bord, dont la masse est supérieure à 800 grammes devront être équipés d'un "dispositif de signalement électronique ou numérique et d'un dispositif de signalement lumineux". L'objectif est de pouvoir les détecter en vol.

En cas de non-respect des règles, le drone pourra être confisqué et le propriétaire est passible d'une amende de 135 euros.

-
- © Visactu - -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess