Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Ce sont les trente ans qui ont changé Orléans", estime Pierre Allorant

-
Par , France Bleu Orléans

Pierre Allorant, doyen de la fac de droit d'Orléans et auteur du livre "Orléans, les maires qui ont transformé la ville", estime que Serge Grouard, élu maire pour la 1ère fois il y a 20 ans, a véritablement embelli Orléans, mais que son prédécesseur socialiste J-P. Sueur a "un bilan spectaculaire"

Pierre Allorant, doyen de la faculté de Droit d'Orléans
Pierre Allorant, doyen de la faculté de Droit d'Orléans © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Pierre Allorant, grand connaisseur de l'histoire d'Orléans, doyen de la faculté de droit d'Orléans, auteur du livre "Orléans, les maires qui ont transformé la ville : 1800/2020" (aux Editions Infimes), a répondu à France Bleu Orléans, ce vendredi en direct, à l'occasion de notre journée spéciale, consacrée aux vingt ans qui viennent de s'écouler, après la première élection de Serge Grouard, comme maire d'Orléans le 18 mars 2001.

Pour Pierre Allorant, Serge Grouard a certes transformé la ville, mais on ne peut pas occulter les deux mandats de Jean-Pierre Sueur, son prédécesseur socialiste (1989/2001), ni l'action d'Olivier Carré, qui fut premier adjoint, devenu maire de 2015 à 2020, avant de se fâcher politiquement avec Serge Grouard.

La victoire de Serge Grouard (RPR) à Orléans, face au sortant Jean-Pierre Sueur (PS) en 2001, était-elle une surprise ?

_"_Une surprise, et il faut bien le dire, un exploit électoral puisque Jean-Pierre Sueur était ancien ministre, mais de manière récente, et selon un article du Monde juste après le premier tour, il a fait un bilan spectaculaire. Des réalisations impressionnantes qui ont vraiment équipé Orléans. Donc, sans vouloir remettre en cause le titre de votre journée, c'est les 30 ans qui ont changé Orléans. En fait, les 12 ans de Jean-Pierre Sueur, l'équipement de la ville. Et puis l'embellissement de la ville incontestable sous Serge Grouard, avec cet exploit électoral lié en particulier à la contestation du grand projet du tramway"

Les débuts du premier mandat de Serge Grouard avaient été marqués par une politique sécuritaire et une série d'arrêtés municipaux polémiques. La plupart existent d'ailleurs toujours, mais il n'y a plus de polémique. Est ce que cela montre qu'il y a une évolution de la société vis à vis de ces questions ? 

_"_Oui, probablement. Il y a eu une évolution de la société, pas spécialement orléanaise d'ailleurs. Une évolution de la société au niveau national 2001 2002 est un moment très particulier, compte qu'on a un petit peu oublié le gouvernement Jospin en 2001. Et on se souvient qu'en 2002, Lionel Jospin n'est pas au deuxième tour. C'est Jean-Marie Le Pen qui est au deuxième tour. Donc, il y a effectivement une montée de l'insécurité. Certains disaient du sentiment d'insécurité. Mais voilà, c'est effectivement devenu une priorité pour les Français. Et ça a été un peu masqué aux municipales de 2001 parce que l'échec dans beaucoup de villes moyennes ou de capitales régionales comme Orléans a été masqué par la conquête de Paris par Bertrand Delanoë et de Lyon."

Pour beaucoup d'Orléans, Serge Grouard est le maire qui a embelli la ville. Est ce qu'on peut dire qu'il y a eu une intuition, finalement, qui s'est révélée bonne, avec la rénovation des façades du centre ancien ? 

"C'est incontestable. Et puis, le fait de retourner la ville vers la Loire, ce n'est pas Serge Grouard qui l'a inventé, mais c'est lui qui l'a mis en œuvre principalement. L'idée était ancienne. Elle venait des années 70 avec Michel de la Fournière, ami et prédécesseur de Jean-Pierre Sueur à la tête des socialistes orléanais. Jean-Pierre Sueur souhaitait le faire. Il vous l'a dit tout à l'heure dans son troisième mandat, s'il était réélu. Mais un petit peu tard, malheureusement, il a lancé l'embellissement, par exemple. Là, l'équipement de la place de Loire, etc. Commencé avec Jean-Pierre Sueur, a été poursuivi par Serge Grouard. C'est incontestable. Orléans, s'est embelli et ce sont les gens de l'extérieur qui le disent, les gens qui s'y installent. Mais effectivement, il y a eu aussi le grand projet de ville de la Source, dont on parle moins, mais qui a été aussi une grande réalisation de Serge Grouard et de son premier adjoint, Olivier Carré"

Malgré tout, si on excepte la deuxième ligne de tramway, beaucoup de grands équipements sont dus en fait au prédécesseur de Serge Grouard, Jean-Pierre Sueur (le Zénith, le pont de l'Europe, la médiathèque) et plus récemment, Olivier Carré (pour Come't et le centre aqualudique qui sont en cours de construction). Faut il en conclure que Serge Grouard est davantage un maire dans la proximité plutôt qu'un maire bâtisseur, comme on dit parfois ? 

"C'est surtout un grand politique. C'est un chiraquien. On sait qu'il a travaillé à la mairie de Paris et donc il sait ce que électoralement, ce qu'il paye. Et c'est vrai que les grands projets ne sont pas forcément les plus rentables électoralement. Il en a fait quand même reparler du grand projet de ville à la source. Il y a aussi la deuxième ligne de tram, même si au départ, comme Charles-Éric Le Meignen d'ailleurs [alors patron de l'Agglo], il n'y était pas favorable. Il pensait plutôt à un bus à haut niveau de services... Mais bon, le bon sens a été vers la deuxième ligne de tram. Et puis, Serge Grouard est quand même pour les grands projets, puisque c'est lui qui a lancé l'idée d'un retour de l'université en centre ville, qui a été un échec en 2004 avec la faculté de lettres, langues, sciences humaines, mais qui va se réaliser dans trois ans avec la faculté de droit qui va arriver à Madeleine."  

En vingt ans, la ville a indéniablement changé. Mais l'image de la ville à l'extérieur a t elle vraiment changé au fond ? Orléans est elle perçue encore comme une ville de province moyenne, et non pas comme une grande ville ? 

_"_C'est difficile d'y répondre, mais je dirais plutôt qu'effectivement, il y a un décalage. Orléans est devenue Métropole et Serge Grouard n'y est pas pour rien. Comme Jean-Pierre Sueur d'ailleurs, puisque ils ont été élus au Parlement, l'un à l'Assemblée nationale, l'autre au Sénat, pour obtenir ce statut qui est réservé à 22 villes, simplement en France, mais à l'extérieur. Vous avez raison, on parle encore souvent d'Orléans, ville moyenne, y compris dans les journaux nationaux, etc. Et pas comme d'une très grande métropole. Il y a un déficit d'image. Je dirais que Orléans n'attire pas forcément de l'extérieur. En revanche, les gens qui s'y installent disent qu'il y a une bonne qualité de vie, que c'est agréable, que la ville est jolie et que l'économie est relativement prospère. Le taux de chômage est moins élevé qu'ailleurs, etc. Mais effectivement, ça ne rayonne pas à l'extérieur. On sait d'ailleurs Patrick Ugarte [vice-président du Medef 45] le disait ce matin à votre antenne qu'il y a des vecteurs très importants la culture et le sport de haut niveau qui manquent. A part le basket, à Orléans."

Et puis, 20 ans, il y a aussi des dossiers qui n'ont guère avancé. On songe par exemple à l'absence de faculté de médecine, véritable serpent de mer...

_"_Alors là, c'est compliqué. Effectivement, là, c'est plus le rapport à Tours [qui a un CHU et une fac de médecine] et le problème de cette région bicéphale avec deux métropoles. Effectivement, une absence de coopération, alors que si on regarde même des régions très voisines comme les Pays-de-la-Loire, et bien il y a deux CHU, deux facultés de médecine, Nantes et Angers qui coopèrent beaucoup avec Le Mans, et même Laval. Donc, ça, c'est un enjeu essentiel"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess