Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Centenaire de la Première Guerre mondiale

Centenaire de l'armistice de 1918 : avant Emmanuel Macron, les dernières répétitions à la cathédrale de Strasbourg

vendredi 2 novembre 2018 à 23:52 Par Clément Lacaton, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Emmanuel Macron est attendu dimanche soir à la cathédrale de Strasbourg pour assister à un concert, aux côtés de son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier. L'orchestre se prépare pour qu'il n'y ait aucune fausse note le jour J.

Dernières répétitions avant la venue d'Emmanuel Macron à la cathédrale de Strasbourg, le 2 novembre 2018.
Dernières répétitions avant la venue d'Emmanuel Macron à la cathédrale de Strasbourg, le 2 novembre 2018. © Radio France - Clément Lacaton

Depuis vendredi, le drapeau européen flotte sur la cathédrale de Strasbourg. Au pied de l'édifice millénaire, on peut aussi voir les drapeaux français et allemand, accrochés avant l'arrivée d'Emmanuel Macron ce dimanche dans la capitale alsacienne.

REPORTAGE FRANCE BLEU ALSACE / CLEMENT LACATON

Le chef de l'Etat vient lancer les cérémonies du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, 100 ans après l'armistice de 1918. Après une cérémonie militaire sur le parvis de la cathédrale, il assistera à un concert avec président allemand Frank-Walter Steinmeier, devant les musiciens de l'orchestre de l'Académie supérieure de Strasbourg. 

Debussy et Beethoven : un Français, un Allemand

Dernières répétitions avant la venue d'Emmanuel Macron à la cathédrale de Strasbourg, le 2 novembre 2018. - Radio France
Dernières répétitions avant la venue d'Emmanuel Macron à la cathédrale de Strasbourg, le 2 novembre 2018. © Radio France - Clément Lacaton
Dernières répétitions avant la venue d'Emmanuel Macron à la cathédrale de Strasbourg, le 2 novembre 2018. - Radio France
Dernières répétitions avant la venue d'Emmanuel Macron à la cathédrale de Strasbourg, le 2 novembre 2018. © Radio France - Clément Lacaton

Au total, 80 musiciens et 40 choristes : ils ont entre 20 et 30 ans, et se préparent pour une heure de concert. Des oeuvres de Debussy et de Beethoven, un Français et un Allemand, et à la baguette un Autrichien, l'un des chefs d'orchestre les plus célèbres au monde, Theodor Guschlbauer : "C'est très fort pour moi, parce que souvent on a trois, quatre, cinq discours avant de jouer, souvent un peu trop longs..." En effet, dimanche soir, il y aura de la musique, uniquement de la musique. Aucun discours n'est prévu par l'Elysée. "C'est donc hautement symbolique, se réjouit-il. Très fort. Sans paroles. La musique a suffisamment de paroles..."

Moi je trouve ça un peu intimidant quand même !"

Le chef d'orchestre autrichien Theodor Guschlbauer, à la cathédrale de Strasbourg, le 2 novembre 2018. - Radio France
Le chef d'orchestre autrichien Theodor Guschlbauer, à la cathédrale de Strasbourg, le 2 novembre 2018. © Radio France - Clément Lacaton

Lui qui a déjà joué devant un autre couple historique : François Mitterrand et Helmut Kohl, car oui, l'histoire s'écrit aussi en musique. "Moi je trouve ça un peu intimidant quand même, confie Antoine, violoncelliste. Des personnalités comme ça au premier rang on n'a pas l'habitude, on les voit souvent à la télé et on en entend parler. Il y a beaucoup de gens qui vous diront que ça ne leur fait rien. Je pense que le jour J ce ne sera pas pareil..." 

Une cathédrale, ça résonne beaucoup..."

Surtout qu'un orchestre symphonique dans une cathédrale, ça pose un petit problème : "Ca résonne beaucoup, beaucoup, beaucoup, insiste Tiphaine, violoniste. Il faut jouer avec le chef à la vue, et pas à l'oreille. Sinon on est en retard..."

Un écho qui n'enlève rien à la beauté de l'oeuvre de Debussy, qui ressemble beaucoup à une musique de film, avec plusieurs mouvements : "les nuages", "les fêtes". Des titres qui résonnent eux aussi : il y a 100 ans le chaos des tranchées prenait fin dans la joie de l'armistice.

Début du concert à 19h30

Concert à la cathédrale dès 19h30 ce dimanche. L'accès sera très limité pour des raisons de sécurité. Vous pourrez suivre la cérémonie sur un écran géant juste devant, place du Château. Une place que les présidents français et allemand doivent traverser pour saluer la foule.