Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Centenaire de la Grande Guerre. Combien de soldats bretons morts au combat ?

lundi 5 novembre 2018 à 19:34 Par Pauline Kerscaven, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Armorique

Depuis la fin de la Première guerre mondiale, les chiffres des Bretons morts au front ont beaucoup varié. Aujourd'hui, les historiens s'accordent sur le nombre de 130.000 soldats bretons tués. Mais les légendes sont tenaces.

E-penn kentañ ar brezel oa bet lazhet ar muiañ a soudarded, evel amañ e emgannoù ar Marn (6-12 a viz Gwengolo 1914).
E-penn kentañ ar brezel oa bet lazhet ar muiañ a soudarded, evel amañ e emgannoù ar Marn (6-12 a viz Gwengolo 1914). - Dastumad Marcel Devaux, tennet eus lec'hienn TES

Août 1914. La guerre est déclarée. Les bretons partent immédiatement vers l'est. "Nous n'avons aucun cas de désertion connu", explique Daniel Carré, un passionné de la Grande Guerre. 

350.000 bretons seront mobilisés, tout au long de la guerre. Ils sont connus pour être obéissants. Après la bataille de Verdun, par exemple, le premier ministre britannique Lloyd George fait remarquer à Aristide Briand, son homologue français : _"_Vos bretons se sont bien battus à Verdun." 

Une légende reste ancrée dans l'imaginaire : celle des bretons chair à canon. "C'est une légende ! Les Bretons n'ont pas payé un plus lourd tribut que les autres", poursuit Daniel Carré. "La Grande Guerre est, au début du moins, celle des paysans", ajoute Gwendal Denez, professeur à l'Université de Rennes 2, auteur de Mémoire et trauma de la Première Guerre mondiale en Bretagne. Et comme la Bretagne comptait énormément de paysans, le vide laissé par leur disparition s'est certainement fait sentir plus qu'ailleurs.   

Les soldats du 65e RI, partis de Nantes le 5 août 1914.   - Aucun(e)
Les soldats du 65e RI, partis de Nantes le 5 août 1914. - Collection S. Tourneux, tiré du site TES, ar Brezel bras

Combien de morts ?   

A la fin de la guerre, la France compte ses morts et leur rend hommage. En 1932, un mémorial est inauguré à Sainte-Anne-d'Auray. Il salue la mémoire des 240.000 bretons, morts au combat. "Mais ces chiffres sont totalement faux, s'insurge Daniel Carré. Selon les différentes études réalisées dernièrement et après avoir recensé tous les noms sur les monuments, nous sommes plus proches des 130.000 disparus." 

Alors pourquoi une telle différence ? Pourquoi l'Etat - par la voix d'Aristide Briand qui parle de plus de 240.00 morts bretons - et l'Eglise, via les monuments, laissent ces chiffres circuler ? "On dit que ce sont les indépendantistes qui avaient imaginé ces chiffres. Mais ce ne sont pas eux qui ont écrit sur le mémorial de Sainte-Anne !", répond Gwendal Denez. "Cela servait à tout le monde. A montrer surtout que les bretons étaient attachés à leur patrie, la France", conclut Daniel Carré.   

Mais si les historiens s'accordent sur les 130.000 bretons morts au combat, il ne faut pas oublier que ne sont comptabilisés que ceux qui sont morts durant la guerre. Pas ceux qui sont décédés après l'Armistice. Et ceux-là sont nombreux.   

Selaouit ouzh ar reportaj e brezhoneg  

Aterset e oa bet Daniel Carré ha Gwendal Denez, e brezhoneg. Selaouit ouzh ar reportaj savet gant Pauline Kerscaven. 

Pet a Vretoned a oa bet lazhet e-pad ar Brezel bras ?

M'ho peus c'hoant muioc'h a ditouroù kit war lec'hienn TES, Ti embann ar skolioù, embannet ur bern dielloù ganti

Gant Daniel Carré zo bet studiet kalz ar Brezel bras, ha dreist-holl skridoù Loeiz Herrieu.  - Radio France
Gant Daniel Carré zo bet studiet kalz ar Brezel bras, ha dreist-holl skridoù Loeiz Herrieu. © Radio France - Pauline Kerscaven