Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Centenaire de la Première Guerre mondiale

Centenaire de la Grande Guerre : le seul combat terrestre sur le sol normand

mardi 6 novembre 2018 à 6:01 Par Adrien Beria, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Au début de la Première Guerre mondiale, un commando allemand a tenté de faire exploser le très stratégique pont d'Oissel. Ils ont été arrêtés à temps, notamment grâce à la sagacité d'une veuve, Octavie Delacour.

C'est à cet endroit là qu'était caché le commando allemand, avant le combat
C'est à cet endroit là qu'était caché le commando allemand, avant le combat © Radio France - Adrien Beria

Neuf-Marché, France

En septembre 1914, les combats de la Grande Guerre sont fixés dans la Marne, où a lieu la bataille du même nom. La guerre de position, où les adversaires s'attendent et s'observent, face à face dans des tranchées, est en train de se mettre en place. C'est dans ce contexte qu'a eu lieu la seule bataille terrestre de Normandie

Une opération sabotage ...

La carte des évènements  - Radio France
La carte des évènements © Radio France - Adrien Beria

Le 15 septembre, une dizaine de soldats allemands quittent le front, à bord de deux automobiles. Ils traversent le département de l'Oise, pour rejoindre la Normandie. Leur objectif? Faire sauter le pont d'Oissel. Un édifice hautement stratégique: il permettait d'assurer la liaison en train Paris-Rouen-Le Havre. Deux villes de Seine-Maritime où étaient en garnison des milliers de soldats. 

... avortée grâce à une veuve

Après 100 kilomètres de route, le commando allemand décide donc de s'arrêter dans une forêt. Ils choisissent un bois, près de la commune de Neuf-Marché, au croisement de trois département: l'Oise, l'Eure et la Seine-Maritime. 

C'est là qu'une femme d'une village voisin, Octavie Delacour, remarque leur présence alors qu'elle marche sur un  sentier. Elle voit des branches qui masquent artificiellement la voiture des soldats. Les Allemands sortent, la menacent, mais la laissent partir.

Elle part donc prévenir du monde, dans les villages alentours. On a du mal à la croire, mais au bout de plusieurs heures, les gendarmes décident tout de même d'aller vérifier ses dires. 

C'est sur cette route qu'Octavie Delacour a repéré le commando - Radio France
C'est sur cette route qu'Octavie Delacour a repéré le commando © Radio France - Adrien Beria

Reportage sur les lieux du combat de la Rougemare

Un combat bref mais meurtrier 

Une fusillade s'engage entre les gendarmes et les soldats allemands. Dans les tirs, 3 gendarmes français sont tués, ainsi qu'un civil, et un soldat allemand. 

Le commando arrive à reprendre sa route, disparaît des radars, avant de reparaître le soir, vers le pont d'Oissel, qu'ils voulaient faire exploser. Mais après le combat de la Rougemare, les autorités sont en alerte. Les soldats sont donc interceptés à temps, sans qu'il n'y ait d'autres victimes. Ils sont faits prisonniers de guerre.

Un épisode méconnu 

Il reste aujourd'hui peu de traces de cet événement. A Neuf-Marché, dans la commune où le combat a eu lieu, on trouve tout de même un monument à la gloire des Français morts ce jour-là. 

Le monument en hommage aux gendarmes à Neuf-Marché  - Radio France
Le monument en hommage aux gendarmes à Neuf-Marché © Radio France - Adrien Beria
Les Flamants, du nom du hameau voisin - Radio France
Les Flamants, du nom du hameau voisin © Radio France - Adrien Beria