Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Centenaire de la Première Guerre mondiale

Centenaire de la Grande Guerre. Le suicide et l'alcoolisme en Bretagne liés à la guerre 14-18 ?

vendredi 9 novembre 2018 à 11:48 Par Pauline Kerscaven, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Armorique

Le nombre élevé de suicides et le fort taux d'alcoolisme en Bretagne s'expliqueraient, en partie, par le traumatisme causé par la Grande Guerre. C'est la thèse défendue par Jean-Yves Broudic, psychanalyste et sociologue.

Jean-Yves Broudic est psychanalyste et sociologue.
Jean-Yves Broudic est psychanalyste et sociologue. - DR

Pourquoi les bretons se suicident deux fois plus que dans les autres régions ? Pourquoi 23% des bretons entre quinze et 75 ans boivent très régulièrement ? Ces taux sont, en partie, la conséquence de la première "mort de masse", du premier grand _"traumatisme collectif"_affirme Jean-Yves Broudic. Le psychanalyste et sociologue lorientais a rédigé, il y a dix ans, le livre Suicide et alcoolisme en Bretagne au XXe siècle. Sociologie, histoire, psychanalyse.  

130.000 soldats bretons tués, soit un quart des hommes entre 18 et 40 ans. Des milliers d'autres blessés, autant physiquement que moralement. Des milliers d'orphelins, de femmes qui ne trouvent pas de maris, de parents qui peinent à aider leurs enfants. Ce premier traumatisme collectif est "toujours présent dans l'inconscient des bretons", explique Jean-Yves Broudic. "Par exemple, les pères et les mères qui avaient perdu un enfant, ou même deux ou trois ou qui avaient vu leurs enfants rentrer blessés, eux ont beaucoup souffert. Beaucoup d'entre eux sont d'ailleurs morts rapidement après la guerre", poursuit le psychanalyste. Et cette histoire familiale s'est transmise.

L'alcool pour évacuer l'angoisse  

Premier point d'étude du psychanalyste, la consommation d'alcool. "Pendant la guerre, les soldats ont pris l'habitude de boire car on leur proposait du vin avant d'aller au combat", analyse Jean-Yves Broudic. Mais pourquoi cette habitude perdure aujourd'hui ? "Hier comme aujourd'hui, l'alcool est un moyen de diminuer l'angoisse." 

Le chercheur a remarqué que vingt ans après un événement historique traumatisant, la consommation d'alcool augmente et met du temps à diminuer.  Les enfants cherchent aussi à porter le poids familial pour soulager leurs parents. Cette transmission pourrait aussi expliquer pourquoi les bretons se suicident plus qu'ailleurs, toujours aujourd'hui. "Je ne dis pas que l'histoire familiale est la seule explication. Il y en a beaucoup d'autres. Mais dans certaines familles, ce traumatisme peut encore compter aujourd'hui." 

Sept générations pour oublier  

Mais le taux de suicide, par exemple baisse. Moins 26% de suicides entre 2003 et 2014 en Bretagne. Une bonne raison de croire, qu'en s'éloignant de l'événement traumatisant, on fini par l'oublier. "J'utilise une citation de la bible pour l'expliquer. Elle dit qu'il faut compter sept générations pour oublier. Je ne serai pas étonné que les taux diminuent fortement d'ici la fin du siècle." 

Pour aller plus loin, plusieurs ouvrages, conseillés par Jean-Yves Broudic, sont consultables.   

  • Du front à l'asile. 1914 - 1918. Livre de Hervé Guillemain et Stéphane Tison. 2013. Alma éditeur.   
  • Histoire et trauma : la folie des guerres. Livre de Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillièr. 2006. Stock.   
  • Mémoire et trauma de la Grande Guerre: Bretagne, Catalogne, Corse, Euskadi, Occitanie. Livre de Gwendal Denez. 2010. Publication du CRBC de Rennes 2.   
  • Suicide et alcoolisme en Bretagne au XXe siècle. Sociologie, histoire, psychanalyse. Livre de Jean-Yves Broudic. 2008. Apogée.   
Le livre de Jean-Yves Broudic est paru en 2008. - Aucun(e)
Le livre de Jean-Yves Broudic est paru en 2008. - Editions Apogée

Selouit ar reportaj, hag an diviz, e brezhoneg

D'ar yaou 9 a viz Du oa bet enrollet "Diviz ar yaou" gant Jean-Yves Broudic. E-pad ugent munut oa bet lakaet ar gomz war al liamm etre ar brezel pevarzek, an alkolegezh hag an emlazh e Breizh.   

Lodenn gentañ "Diviz ar yaou" gant Jean-Yves Broudic.

Eil lodenn "Diviz ar yaou" gant Jean-Yves Broudic.

Tennet e oa bet ivez ur reportaj deus atersadenn Jean-Yves Broudic.   

Reportaj Pauline Kerscaven.

A LIRE EGALEMENT. Centenaire de la Grande Guerre. Combien de soldats bretons morts au combat ? 

A LIRE EGALEMENT. Centenaire de la Grande Guerre. L'autre guerre, celle des femmes restées en Bretagne 

A LIRE EGALEMENT. Centenaire de la Grande Guerre. Par ses lettres, Louis Cozic fait vivre la vie sur le front 

A LIRE EGALEMENT. Centenaire de la Grande Guerre. Quand les américains débarquaient en Bretagne