Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Centenaire de la Première Guerre mondiale

Centenaire de la Grande Guerre. Par ses lettres, Louis Cozic fait vivre la vie sur le front

mercredi 7 novembre 2018 à 11:01 Par Pauline Kerscaven, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Armorique

Louis Cozic avait vingt ans quand il a été mobilisé. Cent ans plus tard, Hervé Corbel a trouvé, par hasard, les lettres qu'il écrivait à sa mère.

Louis Cozic, un trégorrois de vingt ans, a envoyé de nombreuses lettres à sa mère.
Louis Cozic, un trégorrois de vingt ans, a envoyé de nombreuses lettres à sa mère. - "Je t'embrasse bien fort. A bientôt."

Il y a quelques années, en vidant la maison de sa "tante Anna", dans le centre-ville de Lannion, Hervé Corbel fait une découverte suprenante dans le grenier. "Dans une boîte, des lettres étaient rassemblées. Des lettres de guerre." 

Il s'agit des échanges entre Louis Cozic, un de ses aïeux, et sa mère. A vingt ans, le jeune homme est mobilisé. "Il a passé près d'un an dans une caserne près de Brest et puis il a été envoyé en Champagne, à l'été 1915", explique Hervé Corbel, passionné d'histoire.   

Les boches ne font que tirer depuis ce matin  

Dans ses lettres, Louis, vingt ans décrit son quotidien, avec humour parfois. "Depuis que je suis arrivé à Saint-Renan, je me crois au fin fond de la brousse ! Dans un pays ou on est presque aussi sauvage que dans le centre de l'Afrique." 

En Champagne, le jeune caporal souffre de la faim. "Pendant près de quarante heures, nous n'avons rien à manger. Les marmites boches (obus allemands) empêchaient les cuisiniers de nous apporter à manger. Les boches ne font que tirer depuis ce matin." En septembre 1915, Louis Cozic est tué au front mais son corps ne sera jamais retrouvé.  

Cette histoire n'a jamais été transmise dans la famille. "Ils avaient trop souffert. Sa sœur Anna n'en a jamais parlé, jamais", explique Hervé Corbel. Ce dernier a décidé d'éditer ses lettres, dans un livre, Je t'embrasse bien fort. A bientôt, paru aux éditions An Alarc'h il y a deux ans. Il est toujours disponible en librairie.   

Hervé Corbel a édité un livre rassemblant toutes les lettres envoyées par Louis Cozic. - Radio France
Hervé Corbel a édité un livre rassemblant toutes les lettres envoyées par Louis Cozic. © Radio France - Pauline Kerscaven

Selaouit ouzh ar reportaj e brezhoneg  

Enrollet e oa bet un atersadenn e brezhoneg gant Hervé Corbel. Selouit ouzh ar reportaj, savet gant Pauline Kerscaven.   

Hervé Corbel 'neus skrivet lizhiri skrivet gant Louis Cozic, e-pad ar brezel bras.

M'ho peus c'hoant muioc'h a ditouroù kit war lec'hienn TES, Ti embann ar skolioù, embannet ur bern dielloù ganti  

A LIRE EGALEMENT. Centenaire de la Grande Guerre. Combien de soldats bretons morts au combat ? 

A LIRE EGALEMENT. Centenaire de la Grande Guerre. L'autre guerre, celle des femmes restées en Bretagne

Gant an Alarc'h oa bet embannet al levr "Je t'embrasse bien fort. A bientôt".  - Aucun(e)
Gant an Alarc'h oa bet embannet al levr "Je t'embrasse bien fort. A bientôt". - An Alarc'h