Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Centenaire de la Grande Guerre : une déferlante de touristes sur Verdun

mercredi 13 août 2014 à 11:00 Par Marie Rouarch, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu Lorraine Nord

Le tourisme de mémoire a le vent en poupe en cette année du centenaire de la déclaration de la Première Guerre mondiale. En Lorraine, Verdun et ses environs sont un passage obligé pour rendre hommage aux poilus. La fréquentation est en forte hausse sur tout le secteur. Et les acteurs économiques parient sur l'avenir.

Verdun - La tranchée des baïonnettes.
Verdun - La tranchée des baïonnettes. © MAXPPP

La plupart des touristes qui ont choisi de passer par Verdun cet été ne l'ont pas fait tout à fait par hasard. La médiatisation des cérémonies du centenaire a donné un sacré coup de pouce à la fréquentation touristiques des lieux de mémoire de la Meuse : "On en a beaucoup parlé à la télévision, avec toutes ces cérémonies d'hommage qui nous ont beaucoup plu et ça nous a poussé à venir sur place",  explique Jean-Claude, en "transit" pour deux jours à Verdun, sur la route de ses vacances à Gérardmer. Dans la plupart des sites, la fréquentation a presque doublé depuis le début de l'année. Une année "normale", environ 500.000 personnes visitent Verdun, ses environs et les champs de bataille. Cette année, la barre des 900.000 touristes pourrait être atteinte.

Jean-François Thomas, conseiller régional délégué au tourisme évoque cet "effet centenaire"

Parmi les bénéficiaires de ce véritable engouement pour le tourisme de mémoire, le Centre mondial de la Paix , à Verdun. Un chiffre: une fréquentation en hausse de 100%. Il faut dire que cette année du centenaire a été préparée par les équipes du site : refonte des espaces d'accueil, mise en place d'une exposition "Que reste-t-il de la Grande guerre ?" et mise en vente de produits spécifiques consacrés au centenaire développés avec des artisans locaux : reproduction de la musette du Poilu, bière du centenaire brassée comme avant la Grande guerre ou encore un sirop de bleuet. Tout un éventail d'offres qui participent de l'impact économique du centenaire, à Verdun et dans ses environs.

L'ossuaire de Douaumont - Radio France
L'ossuaire de Douaumont © Radio France

C'est une véritable aubaine pour tout le secteur touristique, à la peine ces dernières années à cause de la crise. "Le secteur s'était un peu endormi" , témoigne Sylvaine Vaudron. Elle tient le restaurant L'Abri des Pélerins, au pied de l'ossuaire de Douaumont. "Mais toute cette médiatisation pour les cérémonies du centenaire, même le passage du Tour de France, ça a réveillé tout ça. On est conscient de l'enjeu mais maintenant, il faut arriver à suivre !" La restauratrice s'étonne en effet de ce grand engouement : elle sert chaque midi 100 à 110 couverts, soit 30 à 40 % de hausse par rapport aux années passées, et elle ne s'y était pas franchement préparée. Sylvaine Vaudron s'attendait davantage à une déferlante de touristes en 2016, à l'occasion du centenaire de la Bataille de Verdun. Mais certainement pas si tôt ! "Du coup il faut pédaler , lance-t-elle dans un sourire. Mais on atteint les limites de nos capacités"

Une aubaine pour l'économie touristique

Dans l'hôtellerie aussi, la fréquentation est bonne. Selon Régis Priscione, président des Logis de la Meuse, ce sont les petits établissements, gîtes, chambres d'hôtes et petits campings, qui tirent le plus leur épingle du jeu. Et c'est "une bonne nouvelle, d'autant plus dans un département rural comme le nôtre" , souligne-t-il. Les réservations pour 2015 sont ouvertes et des demandes parviennent déjà aux hôtelliers pour 2016, voire pour 2017 et 2018.

Le cimetière en contrebas de l'ossuaire de Douaumont - Radio France
Le cimetière en contrebas de l'ossuaire de Douaumont © Radio France

Alors, tous les acteurs du secteur se projettent. Car pour eux, 2014 ne doit être que le début de la vague. De nombreux grands événements s'annoncent : le centenaire de la Bataille de Verdun en 2016, celui de l'entrée en guerre des Etats-Unis en 2017 ou de l'armistice en 2018. L'objectif, c'est donc de continuer à faire venir davantage de touristes, français, allemands, néerlandais ou belges, mais aussi américains ou néo-zélandais, d'adapter l'offre (le Mémorial de Verdun est en pleine cure de jouvence et doit rouvrir en 2016, la citadelle va elle aussi faire peau neuve d'ici là, etc.) et de pérenniser cette activité touristique pour créer des emplois non délocalisables dans le secteur. Le véritable challenge s'annonce donc pour l'après-centenaire. 

Le reportage de Marie Rouarch à Verdun

Signature Grande Guerre Grand Est - Aucun(e)
Signature Grande Guerre Grand Est