Société

Chemin des Dames : François Hollande sur les traces de son grand-père Gustave

Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Picardie et France Bleu vendredi 14 avril 2017 à 11:04 Mis à jour le samedi 15 avril 2017 à 10:27

François Hollande présidera la cérémonie de commémoration de la bataille du Chemin des Dames ce dimanche.
François Hollande présidera la cérémonie de commémoration de la bataille du Chemin des Dames ce dimanche. © Maxppp - Christophe Morin

Un long week-end de commémorations s'ouvre dans l'Aisne et la Marne à l'occasion du centenaire de la bataille du Chemin des Dames. Pour la première fois un président de la République, François Hollande, présidera les cérémonies. Une façon de redonner toute sa place à cette bataille méconnue.

Cent ans après l'offensive du Chemin des Dames, une cérémonie nationale est organisée ce dimanche dans l'Aisne, à Craonne et Cerny-en-Laonnois. Elle sera présidée par François Hollande, accompagné de Jean-Yves Le Drian, le ministre de la défense et de l'ancien Premier ministre Lionel Jospin.

Jamais un président de la République n'était venu à Craonne pour une cérémonie d'hommage le 16 avril, jour du début de l'offensive (16 avril 1917) "Et il était temps", avoue l'historien Franck Viltart, "C'est important pour les milliers de morts qu'il y a eu sur ce territoire et pour remettre à ses justes dimensions ce qu'a été cette bataille".

Une bataille méconnue

La bataille du Chemin des Dames fut l'une des plus sanglantes de la Première Guerre mondiale. En seulement trois semaines, 38 000 soldats français sont morts, mais au total, entre avril et octobre 1917, cette bataille a engendré près de 350 000 pertes (prisonniers, morts, blessés...)

C'est aussi au cours de cette bataille que l'armée française emploie pour la première fois des chars d'assaut à Berry au Bac (Marne), mais aussi des soldats russes et sénégalais. Pourtant, le Chemin des Dames reste un épisode méconnu. "Parce que c'est une défaite", explique l'historien Franck Viltart "Et aussi parce qu'elle a été suivie de ce qu'on a appelé "les mutineries". Y avait un épuisement du front".

Symbole de cet épuisement des soldats: la chanson de Craonne. Un chant entonné dès 1915, mais qui devient le chant de Craonne quand on y ajoute les paroles "C'est à Craonne sur le plateau" en 1917. Pour Franck Viltart, il s'agit d'un chant "pacifiste dans lequel les soldats disent qu'ils n'en peuvent plus et qu'ils vont se mettre en grève". Ce chant sera pour la première fois chanté devant un Président de la République lors des commémorations de ce week-end.

François Hollande sur les traces de son grand-père

Non seulement c'est la première fois qu'un Président de la République assistera à des commémorations à Craonne, mais elles évoqueront sans doute des souvenirs à François Hollande, puisque son grand-père a combattu pendant l'offensive du Chemin des Dames.

"Gustave Hollande faisait parti du 33ème Régiment d'infanterie, un régiment du Pas de Calais", explique Franck Viltart, "Le 16 avril 1917, son régiment a attaqué la tranchée du balcon sur le plateau de Californie à Craonne. Il a même été grièvement blessé en 1918 dans l'Aisne. Et il a souvent parlé de ce passé avec François Hollande".

Franck Viltart, historien et chargé de mission pour le centenaire du Chemin des Dames