Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La mobilisation des habitants contre la fermeture de la maternité du Blanc dans l'Indre

Centre-hospitalier du Blanc : la maire attaque la fusion avec Châteauroux devant le tribunal administratif

-
Par , France Bleu Berry
Le Blanc, France

A t-on voulu exclure les élus du Blanc lors de la fusion de l'hôpital avec celui de Châteauroux ? La réponse est oui selon la maire du Blanc. Elle a fait déposer un recours devant le tribunal administratif de Limoges il y a un mois.

Hôpital du Blanc (photo d'illustration).
Hôpital du Blanc (photo d'illustration). © Radio France - Gaëlle Fontenit.

Le combat des élus continue pour la défense du centre-hospitalier du Blanc, mais devant les tribunaux. La mairie a déposé un recours il y a un mois devant le tribunal administratif de Limoges, contre la fusion-absorption de l'hôpital de Châteauroux et de celui du Blanc en 2016. Les élus dénoncent en fait leur exclusion du conseil d'administration de la nouvelle structure.

En cause, un arrêté pris en juillet 2016 par la directrice de l'ARS, qui acte la fusion-absorption entre les deux hôpitaux. "Sauf qu'il a toujours été question d'une fusion simple", s'agace Annick Gombert, la maire du Blanc. Juste un détail ? Pas tant que ça. Dans le cadre d'une fusion-absorption, seuls les élus de la commune qui absorbe, en l’occurrence Châteauroux, siègent au conseil et ont donc un droit de regard sur les décisions. 

Contester cette "exclusion" devant le tribunal

"Dans ce cas, il n'y a pas la possibilité de faire rentrer les élus de notre territoire dans ce conseil d'administration", enchaîne la maire du Blanc. "On dépose donc ce recours pour contester la manière dont ça a été fait et l'exclusion du territoire du Blanc. C'est quand même exclure la représentation d'une population de 60 à 70 000 personnes qui fréquentaient l'établissement."

Annick Gombert a depuis réussi à s'imposer pour avoir une place au conseil d'administration, mais espère que le tribunal administratif, qui devrait examiner le recours d'ici un an, lui donnera raison. S'il casse l'arrêté de juillet 2016, les élus du Blanc espèrent "renégocier", et faire remplacer le terme la fusion-absorption, par une fusion simple.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu