Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cérémonie du 14-juillet : faire son boulot comme d'habitude, face à une situation inhabituelle, selon P. Mahul

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Près de 800 soignants sont invités au Grand Palais ce lundi soir par le ministre de la santé Olivier Véran. Parmi eux, Philippe Mahul, médecin réanimateur de l'Hôpital privé de la Loire. Il participe le lendemain à la cérémonie place de la Concorde en remerciement pour son action durant la crise.

Philippe Mahul, médecin-réanimateur à l'Hôpital privé de la Loire pendant la crise sanitaire
Philippe Mahul, médecin-réanimateur à l'Hôpital privé de la Loire pendant la crise sanitaire © Radio France - Mathilde Montagnon

Philippe Mahul a le sentiment de n'avoir fait que son devoir. "Je ne suis pas sur qu'on soit vraiment des héros du quotidien, nuance-t-il, on a fait notre boulot comme d'habitude. Si ce n'est qu'on s'est retrouvés face à une situation inhabituelle". 

Ce médecin-réanimateur de l'Hôpital privé de la Loire a pris en charge, début mars, le premier patient atteint par le coronavirus dans le département de la Loire.  "J'ai pris en charge ce patient un soir, ce n'est qu'à partir de ce jour-là que les choses ce sont progressivement emballées et au bout d'une semaine, on a augmenté considérablement le nombre de patients en réanimation".  Son unité est passée de 12 à 31 lits de réa pendant la crise. "On a été jusqu'à 18 malades de Covid à intuber, ventiler en réanimation. On a doublé nos gardes, on n'a pas franchement compté nos heures, mais disons qu'avec beaucoup d'organisation, on y est arrivés". 

Ce lundi soir, Philippe Mahul est invité au Grand Palais par le ministère de la santé. Comme 800 autres soignants. Et il essayera de glisser un mot au ministre Olivier Véran, "il y a tellement de choses à lui dire, souffle-t-il, mais moi j'insiste pour que les infirmières de réanimation aient une spécialité universitaire et éventuellement une revalorisation. Elles ont été en première ligne, c'était les plus exposées. Nous, on était exposés ponctuellement, notamment au moment de l'intubation des patients, mais elles, elles étaient au quotidien à leur chevet".  

Philippe Mahul, qui rappelle qu'au-delà des médecins, le rôle des infirmières, des aide-soignants,  des brancardiers, a été essentiellement pendant la crise.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess