Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Certains commerçants paient un lourd tribut au mouvement des gilets jaunes en Côte-d'Or

mercredi 28 novembre 2018 à 18:25 Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne

Depuis le début du mouvement le 17 novembre 2018 les gilets jaunes ne lâchent rien. Ils bloquent des rond-points, des routes pour tenter d'infléchir la politique du gouvernement d'Emmanuel Macron. Mais le mouvement commence à avoir des conséquences au plan économique en Côte-d'Or.

Les Gilets Jaunes en lutte contre le gouvernement ralentissent la circulation au rond-point du Géant Casino à la sortie de la LiNo entre Ahuy et Plombières-lès-Dijon.
Les Gilets Jaunes en lutte contre le gouvernement ralentissent la circulation au rond-point du Géant Casino à la sortie de la LiNo entre Ahuy et Plombières-lès-Dijon. © Radio France - Thomas Nougaillon

Ahuy, France

Ils filtrent la circulation de jour comme de nuit en Côte-d'Or depuis plus de 15 jours pour protester contre l'augmentation des taxes sur le carburant, le pouvoir d'achat en berne et contre la politique d'Emmanuel Macron. 

Comme au rond-point du supermarché Géant Casino entre Fontaine-lès-Dijon et Ahuy en bordure de la LiNo ou de Chevigny-Saint-Sauveur, les Gilets Jaunes, sont présents près des centres commerciaux ou de plateformes logistiques importantes. A l'approche des fêtes de fin d'année et de Noël certains commerçants ont déjà beaucoup soufferts.    

"Nous sommes solidaires avec les Gilets Jaunes" expliquent les commerçants "mais ils devraient trouver d'autres moyens d'action pour ne pas nous pénaliser" - Radio France
"Nous sommes solidaires avec les Gilets Jaunes" expliquent les commerçants "mais ils devraient trouver d'autres moyens d'action pour ne pas nous pénaliser" © Radio France - Thomas Nougaillon

Du côté d'Ahuy et Fontaine-lès-Dijon, la zone industrielle regroupe 150 entreprises et commerces. Une quinzaine sont particulièrement impactés, ceux situés à proximité du rond-point ou à l'intérieur de la galerie commerçante du Géant Casino. 

Dominique Grimpret, maire MoDem d'Ahuy. "Les retombées sont dramatiques, certes les Gilets Jaunes ne font pas de blocage systématique, mais le fait qu'ils soient là fait que beaucoup de gens ne viennent plus dans cette zone d'activité et vont faire leurs courses ailleurs" déplore l'élu. 

Dominique Grimpret, le maire d'Ahuy

En une semaine, le boulanger a perdu 300 clients

Dominique Grimpret détaille les données du problème, chiffres à l'appui. "J'ai rencontré le boulanger, il m'a expliqué qu'en une semaine, il a perdu 300 clients. Un restaurateur me disait qu'habituellement il réalise un chiffre d'affaire de 1500-2000 euros chaque samedi. Le premier samedi, au début du mouvement, il a fait zéro euros et très peu le samedi suivant.

Dans la galerie marchande, également, certains commerçants regardent ce mouvement avec inquiétude. "Ils me disent que les clients ne viennent plus. Ils ont aussi une forte chute du chiffre d'affaire. Un autre restaurateur m'expliquait que s'il faisait quatre samedis comme le premier il serait obligé de fermer ses portes définitivement à cause des grosses difficultés financières".  

Ces commerçants, tous solidaires du mouvement, sont malgré tout fortement pénalisés par l'action des Gilets Jaunes explique notre reporter.

D'autres commerçants se disent aussi fortement touchés, certains ne pourront peut-être pas verser la prime de Noël...

"La seule chose qu'on demande c'est de pouvoir ouvrir nos magasins"

Même son de cloche de la gérante du magasin "Vert Tige", le fleuriste de la galerie commerçante du Géant Casino. Même si elle nuance : "c'est surtout dans les premiers temps que cela a été très compliqué", dit-elle. 

"Depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, le chiffre d'affaire a diminué de moitié. Nous on soutient les Gilets Jaunes mais nous nous sommes aussi des petits.  Des petits commerçants qui sommes obligés de payer nos charges, le loyer de nos boutiques, personne ne paiera à notre place. Chaque mois ce sont des billets de 3000 euros qui s'envolent. Le premier samedi, le dimanche et le lundi on n'a rien fait. Niet. Zéro euro dans la caisse. La seule chose qu'on demande c'est de pouvoir ouvrir nos magasins et qu'ils n'empêchent pas les gens d'entrer. C'est tout.

La propriétaire du magasin "Vert Tige" dans la galerie commerçante

Béatrice Dole est opticienne dans la galerie commerçante du Géant Casino de Fontaine-Lès-Dijon. Elle est "favorable au mouvement" mais déplore "une très grosse perte de chiffre d'affaires" - Radio France
Béatrice Dole est opticienne dans la galerie commerçante du Géant Casino de Fontaine-Lès-Dijon. Elle est "favorable au mouvement" mais déplore "une très grosse perte de chiffre d'affaires" © Radio France - Thomas Nougaillon

50% de chiffre d'affaire en moins depuis le début du mouvement pour les boutiques de la galerie commerciale

A l'image de cette fleuriste, dans la galerie commerçante du Géant Casino de Fontaine-Lès-Dijon, la majorité des commerçants disent avoir perdu jusqu'à 50% de leur chiffre d'affaire habituel. Certains expliquent même qu'ils ne seront pas en mesure de verser la prime de Noël à leurs salariés ou qu'ils devront reporter son versement. Seul le patron de la pizzeria travaille normalement.  

Quel impact pour le supermarché Géant Casino de Fontaine lui aussi touché par le mouvement ? Le directeur que nous avons contacté n'a pas souhaité répondre à nos questions.   

Patrick Gourdin, dirige une boutique de vêtements en compagnie de sa femme et de sa belle-fille. La semaine dernière le chiffre d'affaire a accusé -50%. "Les clients ne viennent plus" déplore-t-il. - Radio France
Patrick Gourdin, dirige une boutique de vêtements en compagnie de sa femme et de sa belle-fille. La semaine dernière le chiffre d'affaire a accusé -50%. "Les clients ne viennent plus" déplore-t-il. © Radio France - Thomas Nougaillon

Et 30% pour les entreprises du secteur du transport routier

Pour les transporteurs routiers -eux aussi solidaires du mouvement mais pas épargnés par ces blocages- on déplore 30% de perte de chiffre d'affaires. Georges Grenier préside la Fédération Nationale des Transporteurs Routiers de Bourgogne (FNTR). 

"Pratiquement toutes les entreprises, la semaine dernière, ont vu un tiers de leurs camions bloqués un peu partout en France. Tout le monde a été pénalisé par les blocages. Chez nous en Bourgogne ça va mieux cette semaine. Les manifestants présents sur les blocages sont assez relax, même s'ils font ralentir et qu'ils bloquent 15-20 minutes, on arrive toujours à passer. Mais il y a des endroits où c'est encore assez tendu. Mercredi matin, cinq dépôts pétroliers étaient encore bloqués en France et les camions ne pouvaient pas charger" explique Georges Grenier.

Le témoignage de Georges Grenier, président de la FNTR en Bourgogne