Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

VIDÉO - Coronavirus : ces Azuréens qui ne portent plus le masque et le revendiquent

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Le port du masque en extérieur est de moins en moins respecté sur la Côte d'Azur. Pourtant il reste obligatoire. Témoignages.

Le masque tombe peu à peu
Le masque tombe peu à peu © Maxppp - ALLILI MOURAD

Bas les masques ! Depuis quelques jours, vous l'avez surement remarqué partout dans les Alpes-Maritimes, les masques tombent. Après un an et demi de pandémie, et alors que plus de la moitié des Azuréens ont reçu la première dose de vaccin, on remarque un relâchement dans la protection. Sur la Promenade des Anglais, en pleine journée, 31 degrés au soleil, et ce Niçois qui marche au milieu de la foule, sans masque : "Je ne le mets plus et je ne suis pas le seul, les trois quarts des Azuréens ne le mettent plus sur la Promenade" explique Miguel qui a 40 ans. Il s'explique : "Les médecins disent que ce n'est plus utile en plein air, et avec la chaleur, c'est compliqué de le garder sans suffoquer, en plus ça fait des marques de bronzage." 

"Les gens qui mettent le masque sont des moutons." 

Miguel ne craint pas l'amende : "Les policiers non plus ne mettent pas le masque. Quand ils passent ils me voient et ne disent rien". Un peu plus loin, Isabelle respire : "Ça fait du bien de RESPIRER, d'avoir enfin de l'air". Elle vient d'enlever le masque elle aussi. Vaccinée, elle s'estime protégée. Elle appelle aussi au bon sens : "On devrait faire confiance au citoyen : on met le masque si on estime qu'on est dans un lieu dense, on ne le met pas si on est dans un espace aéré." 

"C'est n'importe quoi de nous l'imposer encore."

Patrick, sur le marché du cours Saleya estime qu'on devrait écouter les médecins comme l'infectiologue niçois Véronique Mondain, membre du conseil scientifique, qui estimait il y a peu que le port du masque en extérieur n'était plus utile. Un peu plus loin, Martine s'agace. Cette retraitée de 71 a le masque collé au visage et n'accepte pas que les autres l'enlèvent. 

"Il préfère se retrouver à l’hôpital ? Nous on s'oblige à le mettre et pas eux." 

La retraitée estime qu'il y a de l’égoïsme dans tout ça. Elle conservera le masque même après, jusqu'à ce que l'épidémie ait totalement disparu. 

Un appel à supprimer le port du masque 

Cette semaine, le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy appelait à revoir la copie, et expliquait qu'il serait difficile de conserver le port du masque cet été. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess