Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ces Bas-Normands qui s'inquiètent de la prolongation de l'état d'urgence

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)
Caen, France

Les députés ont massivement voté pour prolonger de trois mois et renforcer l'état d'urgence (551 voix pour, 6 contre et 1 abstention). La Ligue des droits de l'homme de Basse-Normandie estime que prolonger des mesures exceptionnelles peut amener à des "situations limites" en terme de libertés.

© Radio France - Olivier Duc

Ils ne sont pas nombreux dans les rues de Caen à exprimer d'emblée comme Toufik Boucenna leurs interrogations et leurs inquiétudes sur la prolongation de l’état d'urgence. Ce chef d'entreprise franco-algérien domicilié dans le Calvados estime qu'elle remet en cause des libertés individuelles.

" La personne qui vient me chercher à la gare, par exemple, m'a dit que sa voiture avait été fouillée trois fois. Ça ne lui était jamais arrivée dans sa vie. Pourtant c'est le bon petit français. Et là on arrive à un autre problème, voyez ce que je viens de dire... le bon petit français... parce qu'on s'attend à ce que ce soit un  peu des contrôles pour une certaine catégorie de la population et là c'est encore plus grave".

Toufik Boucenna, chef d'entreprise

André Lucas comprend que l'on donne dans le contexte actuel des moyens exceptionnels supplémentaires à la Police et à la justice dans cette lutte contre le terrorisme. Mais le délégué régional de la Ligue des droits de l'Homme de Basse-Normandie estime que prolonger cet état d'urgence dans la durée est en revanche plus dérangeant. "Quand des procédures exceptionnelles se prolongent, on entre dans des situations un peu limite comme ce qui est arrivé avec les Américains avec le Patriot Act qui a donné Guantánamo. Tout cela a posé plus de problèmes que cela n'a apporté de solutions."

André Lucas, délégué régional Ligue des droits de l'Homme Basse-Normandie

Isabelle Attard a été l'une des rares députées à ne pas voter la prolongation de l'état d'urgence pour trois mois. La députée du Bessin, non encartée mais qui appartient au groupe écologiste, estime que "diminuer nos libertés n'empêchera pas de nouveaux attentats."

Isabelle attard, députée du Bessin

Choix de la station

À venir dansDanssecondess