Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ces jeunes qui sont prêts à faire 80 kilomètres pour se faire vacciner

-
Par , France Bleu Nord

Le 31 mai, la vaccination sera ouverte à tous les plus de 18 ans, sans raison particulière et sans avoir besoin de réserver son créneau la veille pour le lendemain. Mais dans le Nord, certains jeunes ne veulent pas attendre et préfèrent faire des dizaines de kilomètres pour trouver une dose.

Chaque semaine, le centre de Douai reçoit en moyenne 12 000 doses.
Chaque semaine, le centre de Douai reçoit en moyenne 12 000 doses. - Anne-Lyvia Tollinchi

"Je ne tenais plus, j’avais trop envie de le faire." Pas question d’attendre le 31 mai pour Samuel, un étudiant de 23 ans qui fait ses études à Lille. En cherchant un centre de vaccination pour recevoir sa première dose, il tombe sur le centre de Douai, à 40 kilomètres de chez lui. "Lille, c’était tout pris, chaque fois que je mettais à jour Doctolib, on me disait de réessayer plus tard. Au final, Douai c’est pas si loin et je ne me voyais pas attendre." Le lendemain à 9 h, il saute dans un train, destination vaccin.

Pierre, lui, un étudiant lillois, est allé jusqu’à Maubeuge pour se faire vacciner contre le Covid-19. "Ça s’est fait comme ça, on cherchait des créneaux avec des potes et on a vu qu’il y avait plein de places à Maubeuge à partir de 20 h. On savait que le Zénith à Lille était déjà plein à craquer et qu’on n'arriverait jamais à avoir une dose vu qu’on n’était pas prioritaires."

On s’est dit bon, c’est pas l’autre bout du monde Maubeuge en voiture à cinq, on parle, on rigole. On a partagé l’essence et le soir en revenant, on était tous vaccinés.

Sur place, ils ne sont pas les seuls à avoir eu cette idée. C'est que, deux heures avant leur départ de Lille, une publication Twitter tourne sur les réseaux sociaux et explique que le centre de Maubeuge a reçu plus de 7 000 doses pour le weekend.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Au début, j’étais plutôt du genre à dire priorité aux vieux. Mais là, de voir qu’il y avait toutes ses doses et qu’elles allaient être gâchées si on n’y allait pas, vraiment je n’ai pas hésité une seconde, se souvient Juliette, qui elle aussi est allée se faire vacciner à Maubeuge. Donc non, je ne me sens pas coupable, j’ai l’impression d’avoir fait quelque chose de bien pour protéger les autres."

Attention à pouvoir revenir pour la deuxième dose

Même si la date officielle reste le 31 mai, les soignants sont ravis de voir autant de jeunes se précipiter sur les doses. Sara est infirmière au centre de vaccination de Douai et elle reçoit beaucoup de jeunes qui viennent de Lille et d'ailleurs ces derniers jours. "Ils viennent souvent sans rendez-vous, à deux, trois, quatre et ils patientent sagement. On a eu un groupe d'amis récemment qui a attendu plus de trois heures. Moi, ça me rend heureuse. En tant que soignante, ça fait un an et demi qu'on galère, qu'on ne se sent pas écoutés et là de voir cet afflux de jeunes, _on se dit qu'enfin, on a passé la seconde_."

Il y a quand même un bémol, rappelle Salhia Grevin, la responsable du centre de vaccination de Douai. "La deuxième dose doit se faire au même endroit que la première."

On le répète sans arrêt aux jeunes, il faut pouvoir revenir ici dans 42 jours, sinon on ne leur fait pas la première injection.

"C'est tout le problème, admet Juliette, qui s'est faite vacciner avec une dose de Moderna il y a une semaine et demi. Je n'ai pas vraiment envie de revenir à Maubeuge en juin alors que je serai en stage en Bretagne. Mais bon, je me dis qu'ils ne vont pas prendre le risque de nous priver d'une deuxième dose autre part alors qu'on a déjà reçu la première."

À noter que ceux et celles qui ont déjà eu le Covid n'auront besoin que d'une seule dose, à condition de présenter un justificatif prouvant qu'ils ont bien eu la maladie.

Article d'Anne Lyvia Tollinchi. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess