Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cesson-Sévigné : les trois écoles ouvertes pour les enfants des personnels soignants

-
Par , France Bleu Armorique

Les écoles sont fermées jusqu’au 26 avril, sauf pour les enfants des personnels soignants. A Cesson-Sévigné, près de Rennes, les trois écoles de la commune sont restées ouvertes pour accueillir ces enfants dès ce mardi 6 avril.

L'école primaire Beausoleil de Cesson-Sévigné est ouverte pour les enfants des familles prioritaires
L'école primaire Beausoleil de Cesson-Sévigné est ouverte pour les enfants des familles prioritaires © Maxppp - Céline Guétaz

Dans les deux écoles publiques de Cesson Sévigné, "nous avons entre 60 et 70 enfants, ce mardi 6 avril mais cela peut varier d'un jour à l'autre en fonction des besoins des familles" explique Antony Bataller, directeur éducation et jeunesse à la mairie. Dans la commune de la métropole rennaise, les deux écoles publiques et l’école privée restent ouvertes pour les enfants des personnels soignants, et les autres familles prioritaires. 

Et il y a une forte demande, avec la polyclinique de Cesson, la proximité du CHU et de l’hôpital psychiatrique Guillaume Régnier, "nous avons aussi beaucoup de médecins et de professionnels du secteur paramédical sur la ville" explique l'adjointe à l'enfance Béatrice Legault

Une organisation fluide, grâce à l'expérience du premier confinement

Ouvrir les écoles pour ces élèves prioritaires a pu se faire rapidement. "Nous avions l'expérience du premier confinement. On a repris les emplois du temps de l'an dernier, les organisations avec le roulement du personnel municipal", indique Anthony Bataller. "On est presque habitué à ce fonctionnement", ajoute Virginie, agent de la commune.

Je préfèrerais rester à la maison, pour travailler et voir mes copines.

A l'école Beausoleil, deux classes sont utilisées et les douze enseignants "tournent pour réaliser chacun une journée de classe". Dans la salle des CE2, ce mardi après-midi, l’enseignante travaille avec quatre élèves dont Victor : "je fais des maths et un peu de français. C'est beaucoup plus facile, parce qu'il y a beaucoup moins de monde et moins de bruit". 

Dans le fond de la classe, devant leurs ordinateurs, il y a Maryam et Ludivine. Elles travaillent sur leurs écrans, comme le font les copains à la maison. "Moi je préfèrerais rester à la maison, je pourrai travailler tous les cours le matin, puis appeler mes copines ou regarder la télé, mais là, je ne peux pas, je suis en classe" regrette l'élève de CM2. "Les autres copains nous manquent" ajoute Ludivine. 

Si des familles sont en difficultés pour garder leurs enfants, nous sommes prêts à étudier les demandes, au cas par cas. - Béatrice Legault, adjointe à l'enfance

Tout est prévu également pour l’accueil en centres de loisirs, avec les mêmes familles prioritaires, même si l’adjointe à l’enfance Beatrice Legault est prête à élargir le cercle "si des parents travaillent dans la grande distribution par exemple, et ne peuvent pas faire garder leurs enfants, nous sommes prêts à étudier leurs demandes". Les demandes se font en mairie, notamment pour les deux semaines de vacances scolaires. La commune dispose de ce service minimum d'accueil pour les enfants, pendant toute la période du confinement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess