Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Plus de 600 personnes manifestent contre l'ouverture d'un local d'extrême droite à Chambéry

samedi 3 février 2018 à 17:49 France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Plus de 600 personnes ont manifesté ce samedi après-midi à Chambéry contre l'ouverture d'un local lié aux milieux de l'extrême droite, avenue de Lyon, inauguré également ce samedi. Plus de 80 CRS encadraient la manifestation.

Plus de 600 personnes contre le local Edelweiss ont défilé dans la rue selon la police.
Plus de 600 personnes contre le local Edelweiss ont défilé dans la rue selon la police. © Radio France

Chambéry, France

Le centre-ville de Chambéry était sous haute-tension ce samedi après-midi avecl'inauguration d'un local de Bastion Social, un mouvement lié aux milieux d'extrême-droite et en parallèle la manifestation notamment des anti-fascistes, contre ce projet. 

Face à face tendu entre antifascistes et membres de l'Edelweiss

Plus de 600 personnes ont donc défilé dans les rues de Chambéry à quelques mètres du nouveau local, appelé "l'Edelweiss", un local loué par une association à but social, qui "aide les gens dans le besoin", selon l'un des représentants. 

"J'ai peur pour mes petits-enfants, il ne faut pas oublier l'histoire, mes parents se sont battus contre le fascisme en Italie, je ne  veux pas que ça recommence." - Une Savoyarde, fille d'immigrés italiens. 

Le cortège des opposants, composés d'habitants, de mouvements d'extrême gauche, d'organisations politiques comme Attac, fédérations antifascistes ou de syndicats comme la CGT, Solidaires est parti de devant la préfecture. Les manifestants ont fait le tour de la ville, pancarte à la main comme Jacqueline, fille d'immigrés italiens qui brandit un message "Sortez vos chats, les rats sont là !" Elle l'explique, : "J'ai peur pour mes petits-enfants, il ne faut pas oublier l'histoire, mes parents se sont battus contre le fascisme en Italie, je ne  veux pas que ça recommence." 

Les pancartes antifascistes dans le cortège.  - Radio France
Les pancartes antifascistes dans le cortège. © Radio France

Le cortège s'est arrêté deux fois. Une première fois, au bout de la rue de la République, où les membres de Bastion social s'étaient réunis pour un concert du groupe de rock identitaire "In mémoriam"dans un pub. Il y a eu un deuxième temps d'arrêt devant la mairie. 

La tension est montée entre les opposants et les membres de Bastion social derrière la ligne de CRS.  - Radio France
La tension est montée entre les opposants et les membres de Bastion social derrière la ligne de CRS. © Radio France

Un cordon de CRS a fait barrage le temps du passage du cortège entre les manifestants et les membres de Bastion Social. Un autre cordon de policiers filtraient les entrées de l'avenue de Lyon, où se trouve le local privé. 

Plusieurs organisations syndicales et politiques ont participé à la marche.  - Radio France
Plusieurs organisations syndicales et politiques ont participé à la marche. © Radio France

80 CRS mobilisés dont des policiers de Montélimar

Il n'y a pas eu de débordement l'après-midi mais un gros dispositif policier était encore mobilisé ce samedi en fin d'après-midi. 80 CRS ont été déployés dans la ville de Chambéry dont certains venaient de Montélimar, dans la Drôme. 

La centaine de membres de Bastion Social a fini sa soirée, dans le local loué avenue de Lyon._"Nous n'avons rien à nous reprocher_, notre association est légale et ce samedi soir nous invitons des amis à déguster des produits savoyards", explique l'un des représentants du mouvement local, qui ne craint pas la fermeture de son local. 

Les manifestants demandent la fermeture du local mais la préfecture a réaffirmé ce samedi soir, qu'elle ne pouvait rien y faire. Le local privé est loué par une association et il n'est pas possible de l'interdire.