Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Champignons : les centres antipoison enregistrent "une très nette augmentation" des cas d’intoxications

-
Par , France Bleu

L'Anses nous alerte ce vendredi sur la cueillette des champignons. Depuis le début de la saison et notamment ces deux dernières semaines, les centres antipoison ont enregistré "une très nette augmentation des cas d'intoxications".

Soyez prudents si vous allez cueillir des champignons !
Soyez prudents si vous allez cueillir des champignons ! © Maxppp - Stéphanie Para

Dans un communiqué publié ce vendredi, l'Anses lance un appel à la prudence lors de la cueillette des champignons. Selon l'organisme, depuis le début de la saison, et notamment ces deux dernières semaines, les centres antipoison ont enregistré "une très nette augmentation des cas d'intoxications associés à la consommation de champignons sauvages".

Depuis le 1er juillet 2020, les centres antipoison ont détecté 732 cas d’intoxication dont cinq cas de gravité forte "pouvant menacer le pronostic vital", indique l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. Une intoxication peut conduire à "une hospitalisation, voire au décès". 

Attention aux champignons cueillis

"La majorité des cas sont liés à des champignons cueillis", insiste l'Anses. Et les risques d’intoxications sont multiples : confusion d’une espèce comestible avec une espèce toxique, consommation de champignons comestibles en mauvais état ou mal cuits. "La confusion entre espèces est parfois favorisée par l’utilisation d’applications de reconnaissance de champignons sur smartphone, qui donnent des identifications erronées sur les champignons cueillis", souligne l'organisme.

Les symptômes observés sont essentiellement digestifs : douleurs abdominales, nausées, vomissements, diarrhées. Le délai d’apparition des symptômes est variable, le plus souvent de quelques heures après la consommation, mais il peut être plus long et dépasser 12 heures. Si vous êtes intoxiqué, votre état peut s’aggraver rapidement. 

Les conseils à suivre

Pour éviter une intoxication, l'agence sanitaire donne quelques conseils à suivre : 

  • Ramasser uniquement les champignons que vous connaissez parfaitement : certains champignons hautement toxiques ressemblent beaucoup aux espèces comestibles. Attention ! Des champignons vénéneux peuvent pousser à l’endroit où vous avez cueilli des champignons comestibles une autre année. 
  • Au moindre doute sur l’état ou l’identification d’un des champignons récoltés, ne pas consommer la récolte avant de l’avoir faite contrôler par un spécialiste en la matière. Les pharmaciens ou les associations et sociétés de mycologie de votre région peuvent être consultés. 
  • Cueillir uniquement les spécimens en bon état et prélever la totalité du champignon : pied et chapeau, afin d’en permettre l’identification. 
  • Ne pas cueillir les champignons près de sites potentiellement pollués : bords de routes, aires industrielles, décharges.
  • Pour éviter le mélange de morceaux de champignons vénéneux avec des champignons comestibles, déposer les champignons en séparant les espèces, dans une caisse, un carton ou un panier, mais jamais dans un sac plastique qui accélère le pourrissement. 
  • Conserver les champignons en évitant tout contact avec d’autres aliments au réfrigérateur (maxi 4°C) et les consommer dans les deux jours après la cueillette
  • Consommer les champignons en quantité raisonnable après une cuisson suffisante et ne jamais consommer des champignons sauvages crus. 
  • Ne jamais donner à manger les champignons que vous avez cueillis à de jeunes enfants.
  • Ne pas consommer de champignon identifié au moyen d’une application de reconnaissance de champignons sur smartphone, en raison du risque élevé d’erreur.
  • Ne pas consommer de champignons commercialisés par des non professionnels, "à la sauvette". 

Si vous pensez avoir été intoxiqué, vous retrouvez ici les numéros des centres antipoison en France. En cas de détresse vitale (perte de connaissance, détresse respiratoire, etc.), il faut appeler le 15 ou le 112.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess