Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Changement d'heure : quels sont les risques ?

vendredi 27 octobre 2017 à 10:55 Par Sixtine Lys, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Dans la nuit de samedi à dimanche, à 3 H il sera en réalité 2 H du matin. C'est l'occasion de gagner quelques minutes de sommeil. Mais la tombée de la nuit va aussi arriver une heure plus tôt. Un phénomène propice aux accidents de la route, et aux cambriolages. Que faire pour limiter les risques ?

(photo d'illustration)
(photo d'illustration) © Maxppp -

Seine-Maritime, France

Sébastien fait son jogging sur les quais de Rouen. Il porte un tee-shirt rouge et des baskets jaunes fluorescentes. Il a conscience qu'il doit faire attention. "Ça m'arrive d'être concentré, et d'être vraiment dans ma course. C'est pour ça que j'ai des chaussures comme ça." Pour lui, c'est important d'avoir des vêtements colorés pour être vu. Pour l'instant il a encore la possibilité de courir de jour, mais à partir de dimanche, ses séances en fin de journée se feront dans l'obscurité.

Kylian, 11 ans, a aussi été prévoyant. Il habite à Aclou mais son école est à Brionne, dans l'Eure. Pour s'y rendre, il doit marcher jusqu'à son arrêt de bus matin et soir, et bientôt ce sera de nuit. "J'ai des copains qui ont failli se faire écraser par une voiture de nuit." Après cette frayeur, le jeune homme a demandé à ses parents de lui acheter un scotch réfléchissant pour son cartable. Ainsi, il est plus visible des automobilistes quand il marche jusqu'à son arrêt de bus quand il fait encore sombre. "Depuis que je l'ai fait, tous mes copains l'ont fait", raconte-t-il, très fier de son initiative.

Les réflexes à adopter

Un très bon réflexe, selon Hervé Pouessel, commandant de l'escadron départemental de sécurité routière en Seine Maritime. Les risques se multiplient avec la tombée de la nuit une heure plus tôt et les jours qui raccourcissent. "Intellectuellement, il faut se préparer au fait que quand on sort du travail, de l'école, ou quand on va faire son jogging, ce ne sont plus les mêmes conditions de visibilité ou de luminosité que deux jours avant."

Pour les automobilistes, Hervé Pouessel conseille de faire une tour de son véhicule pour vérifier que tous les feux fonctionnent et sont bien réglés. "On voit encore des cyclistes qui ne savent pas qu'un vélo, ça doit avoir de l'éclairage, avant et arrière, comme un véhicule à moteur." L'idéal, pour le commandant, c'est de doubler les lumières avec des effets réfléchissants ou bien visibles sur la tenue, et éviter les vêtements très sombres.

Et tous les cyclistes ne se sont pas encore mis à l'heure d'hiver. Julien a bien une bandelette jaune réfléchissante à la cheville, mais c'est plus pour ne pas salir son pantalon contre la chaîne de son vélo que par soucis de sécurité. "On a une bonne luminosité dans Rouen, tout est bien éclairé, donc on voit clair et on fait attention", estime Catherine. Elle travaille au SAMU de Rouen, et reconnait qu'elle devrait peut-être porter son gilet jaune quand elle se rend sur son lieu de travail en vélo de nuit.

Recrudescence de cambriolages

Autre phénomène, avec le changement d'heure : l'augmentation du nombre de cambriolages au mois de novembre. C'est ce que constate Laurent Ruff, chef du bureau de la police judiciaire en Seine Maritime. "Par exemple en 2015, on a une augmentation du nombre de cambriolages dû au changement d'horaire de 7%, et de 12% en 2016. Le délinquant d'opportunité qu'est le cambrioleur circule dans les zones d'habitations pavillonnaires, il voit qu'il n'y a personne puisque la lumière est éteinte."

Le cambrioleur a une heure de plus dans l'obscurité en fin de journée pour faire son repérage et viser les maisons vides. Le phénomène est accentué par les vacances scolaires. "Les maisons sont inoccupées et il est facile de constater qu'il n'y a personne." La gendarmerie intensifie les patrouille sur la période et rappelle des mesures simple pour diminuer les risques : communiquer avec ses voisins si on s'absente, vérifier que tous les accès sont fermés, programmer une lumière pour simuler une présence dans l'habitation...

Et si vous n'avez pas encore votre gilet jaune, France Bleu vous offre votre kit de visibilité ! Vous pouvez passer les récupérer à la station jusqu'au 5 novembre.