Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Contournement de Beynac

Chantier du contournement de Beynac : les gendarmes interpellent l'opposant qui était perché en haut d'une grue

jeudi 22 novembre 2018 à 11:40 - Mis à jour le jeudi 22 novembre 2018 à 17:40 Par Antoine Denéchère, France Bleu Périgord

Depuis vendredi dernier, un jeune homme était installé en haut d'une grue sur le chantier du contournement routier de Beynac (Dordogne). Jérémy réclamait l'arrêt des travaux et l'intervention d'un médiateur. Les gendarmes l'ont interpellé ce jeudi. Il a accepté de descendre de sa propre initiative.

Opposant installé sur la grue sur le chantier du contournement de Beynac, le 16 novembre 2018
Opposant installé sur la grue sur le chantier du contournement de Beynac, le 16 novembre 2018 -

Beynac-et-Cazenac, France

L'interpellation a eu lieu ce jeudi dans la matinée à Saint-Vincent-de-Cosse, près du pont du Pech, sur le chantier du contournement, explique la préfecture de la Dordogne dans un communiqué. "Un dispositif a été mis en place afin de faire descendre la personne occupant la grue sur le chantier. A 10H20, l'intéressé était à nouveau au sol et a été interpellé." Selon une source proche de la gendarmerie, Jérémy serait descendu de sa propre initiative en constatant la présence des forces de l'ordre et le dispositif mis en place.

La préfecture de la Dordogne précise que "cette intervention fait suite à l'ordonnance du juge des référés intervenue mercredi condamnant sous astreinte cette occupation illégale. Ce type d'action met gravement en danger les personnes qui les initient et les personnels gendarmes, pompiers, agents des entreprises chargés de faire face à ces situations." Jérémy était installé à quinze mètres de haut, sans boire ni manger, sur une grue depuis le 16 novembre dernier, pour demander l'arrêt des travaux et la nomination de Stéphane Bern comme médiateur. Le chantier, qui était interrompu depuis vendredi, a pu reprendre ce jeudi.

L'homme est en garde à vue à la gendarmerie de Sarlat

Christine Louis-Quéré, opposante au projet de contournement routier de Beynac, qui a négocié ces derniers jours avec les autorités, explique à France Bleu Périgord que les militants ont "fait le guet et surveillé les lieux jusqu'à une heure du matin dans la nuit de mercredi à jeudi. Puis une réunion du collectif a eu lieu à la maison de la ZAD dans la matinée. C'est pendant ce temps-là que les gendarmes sont intervenus, car il n'y avait personne au pied de la grue." Jérémy a été placé en garde à vue à la gendarmerie de Sarlat, et le parquet de Bergerac indique ce jeudi soir que cette garde à vue se poursuivra au moins jusqu'à vendredi matin.

Mercredi déjà, les gendarmes avaient interpellé un autre "zadiste" installé sur le chantier, il était enchaîné à une des piles du pont en construction. Arnold avait été arrêté alors qu'il se rendait dans la foret pour soulager un besoin naturel. Il avait lui aussi été placé en garde à vue. Rappelons que les opposants au projet de contournement routier dénoncent un "saccage" de la vallée de la Dordogne et s'opposent régulièrement au président du conseil départemental Germinal Peiro qui porte et finance le projet.