Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Chaque enfant n'est pas né terroriste" (Latifa Ibn Ziaten)

vendredi 14 avril 2017 à 11:10 Par Claire Moutarde, France Bleu Hérault

Depuis la mort de son fils Imad en 2012, Latifa Ibn Ziaten consacre sa vie à son combat pour la tolérance, le vivre ensemble, la laïcité, le respect de l'autre et la tolérance.

Latifa Ibn Ziaten
Latifa Ibn Ziaten © Radio France - Claire Moutarde

Montpellier, Hérault, France

Latifa Ibn Ziaten a perdu son fils le 11 mars 2012. Imad Ibn Ziaten est le premier soldat tué par Mohamed Merah. Le tueur au scooter a assassiné sept personnes, trois miliaires, trois enfants et un enseignant dans l'école juive Ozar Hatorah à Toulouse.

Invitée de France Bleu Hérault, elle a partagé son message d'amour.

"Oui j'ai pardonné à Mohamed Merah. C'était un jeune qui n'était pas aimé, il était livré à lui-même, abandonné."

L'association CLICS34 organise une conférence-débat ce vendredi à l'Espace Robert Capdeville, tout près d'Odysseum pour promouvoir le vivre ensemble en présence des élèves des écoles de la seconde chance en Occitanie.

Latifa Ibn Ziaten parcourt la France sans relâche pour écouter et échanger avec les jeunes dans les écoles, les parents dans les comités de quartiers, les terroristes présumés dans les prisons. Elle visite deux prisons par mois et trois établissements scolaires par semaine.

"On a besoin d'aider cette jeunesse. J'ai un fils qui a refusé de se mettre à genou. Il est mort debout, alors je dois rester debout aujourd'hui pour la mémoire de mon fils, pour la mémoire de toute cette jeunesse."

Latifa Ibn Ziaten

Elle est devenue le symbole de la main tendue et une icône de la République qu'elle défend via son association Imad pour la jeunesse et la paix.

"Quand je vois chaque jeune, il n'y a pas beaucoup de rêves, il n'y a pas beaucoup d'espoir (...) chaque enfant n'est pas né terroriste. On peut sauver cette jeunesse. Dans leurs yeux, je vois beaucoup de souffrance."

Latifa Ibn Ziaten

Le CLICS34 organise régulièrement ce type de rencontre pour lutter contre les préjugés, défendre le vivre ensemble et les valeurs républicaines.

"Dans ma vie tout est rattaché à la République. Je m'accroche à ses lumières. Montesquieu, Jaurès c'est ça la France. Pourquoi pas une maghrébine pour promouvoir les valeurs de la République ? C'est ce que je fais avec acharnement. C'est pas évident."

Ilhem Goulli, présidente du CLICS34