Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Charente-Maritime : dix chefs de services hospitaliers vont démissionner de leurs fonctions administratives

-
Par , France Bleu La Rochelle
La Rochelle, France

Sur les 600 chefs de service qui doivent démissionner, faute de moyens dans les hôpitaux publics, 10 d'entre eux exercent en Charente-Maritime. Cependant, ils continuent de soigner les patients mais ne seront plus en relation avec leur direction.

Entrée de l'hôpital de La Rochelle
Entrée de l'hôpital de La Rochelle © Radio France - Stéfane Pocher

Un millier de médecins dont 600 chefs de service partout en France doivent démissionner de leurs fonctions administratives ce mardi.  En Charente-Maritime, ils sont dix au total. La plupart d'entre eux travaillent au Centre Hospitalier de La Rochelle. Cette décision signifie qu'ils n'iront plus aux réunions avec leur direction, par exemple, même s'ils continueront bien de soigner les patients.

Ils réclament plus de moyens et d'effectifs dans les hôpitaux publics. C'est aussi ce que souhaite Julien Béguec, l'un des chefs de service du Centre Hospitalier. Il dirige deux unités différentes : d'abord celle des soins palliatifs où il n'est " pas soumis à une tarification à l'activité. Si [ j'estime ] qu'il faut passer une heure avec un patient pour faire le point sur sa situation, ses difficultés, cela ne pose pas de problème. "

De l'autre côté, il est chef d'un service de Soins de suite et de réadaptation (SSR) vers Surgères. Ici, il manque de personnel et il est soumis à des contraintes. Régulièrement, Julien Béguec doit refuser des patients dits "complexes", c'est-à-dire, ceux qui vont mettre du temps à se remettre sur pied. " Si je devais prendre tous les patients médicaux complexes, je n'aurais que ça dans les 55 lits du SSR et je n'aurais pas les effectifs pour gérer la situation. Or, ce besoin existe bel et bien. "

Des démarches administratives chronophages

Un autre problème se pose à lui : les formalités administratives et le temps énorme que tout cela demande. Par exemple, sur une matinée, " Je passe environ pendant 45 minutes. Le reste du temps, soit plus de trois heures, je le passe à gérer les compte-rendus, les mails, les coups de téléphone, en somme tout le travail que l'on demande à un responsable administratif de l'unité. "

Sur la moitié de semaine qu'il passe dans ce service, il estime que ces démarches lui prennent au moins une demi-journée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu