Société

Charente-Maritime: la maternité de St-Jean-d'Angély ferme à la fin de l'année

Par Mélanie Domange, France Bleu La Rochelle mercredi 19 octobre 2016 à 10:45

Les futures mères ne pourront plus accoucher à l'hôpital de Saint-Jean-d'Angély
Les futures mères ne pourront plus accoucher à l'hôpital de Saint-Jean-d'Angély © Maxppp - DR

La maternité de Saint-Jean-d'Angély, c'est terminé. Dès les premières semaines de 2017, le service sera remplacé par un centre périnatal de proximité. L'objectif faire des économies. L'hôpital a un déficit de 6 millions d'euros

C'est donc la fin de la maternité de Saint Jean d'Angély... La mauvaise nouvelle est officielle depuis hier soir. La maternité de l'hôpital va céder la place dès le début d'année 2017 à un centre périnatal de proximité, exactement comme cela s'est fait à Royan en 2015. Les femmes enceintes pourront être suivies pendant leur grossesse, mais ne pourront plus accoucher là.

L'épilogue d'un combat de plusieurs années

Le coût est rude pour les habitants du secteur et le personnel de l'hôpital. Ils avaient d'ailleurs manifesté il y a deux ans dans les rues de la ville, pour essayer de sauver leur maternité. En vain. "Je me suis battue jusqu'au bout" a promis hier Françoise Mesnard, maire de Saint-Jean et présidente du conseil de surveillance de l'hôpital. Mais il a fallu renoncer devant le déficit abyssal de l'hôpital, 6 millions d'euros en 2016, sachant que tous les services étaient en crise.

Julien Fleury était là, à la l'annonce de la fermeture de la maternité

D'où un plan de sauvetage présenté hier, projet applaudi malgré tout par le personnel. L'hôpital perd certes sa maternité, les urgences chirurgicales seront ouvertes de 8h30 à 18h30, mais il conserve les opérations programmées, le Smur, et il va développer son pôle soins de suite, avec un nouveau bâtiment et une trentaine de lits supplémentaires en provenance de Saintes. Au final, l'emploi sera préservé, espère la CGT qui a approuvé le projet. Promesse accueillie avec beaucoup de scepticisme chez FO. L'hôpital emploie 600 personnes à Saint-Jean, dont un tiers sur des contrats précaires.

Partager sur :