Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Charles Christ : 84 salariés, 15 millions de CA, et un PDG de 24 ans

mercredi 30 novembre 2016 à 11:45 Par Christelle Caillot, France Bleu Maine

Charles Christ, le PDG de la société du même nom était notre invité ce mercredi pour notre matinée spéciale à Connerré.

Charles Christ, PDG de la société éponyme à Connerré
Charles Christ, PDG de la société éponyme à Connerré © Radio France - Christelle Caillot

Le Mans, France

Charles Christ, a 24 ans; il a repris la tête de l'entreprise familiale basée à Connerré en septembre dernier. La société qui compte 84 salariés dont trois apprentis réalise 15 millions d'euros de chiffre d'affaire et vend chaque année plus de 10 millions de boites et bocaux de plats cuisinés.

Une gamme de 40 produits

Il n'y a pas que de la choucroute chez Charles Christ, l'entreprise propose aussi de la blanquette de veau, des saucisses lentilles... "On a aujourd'hui près de 40 références" nous dit Charles Christ, "sous trois formats différents, pour une, deux ou trois personnes. En terme de quantité, on fait 10 millions de boites en plats cuisinés, un million en légumes, et 400.000 en bio sous la marque Nutriform". Des produits sans colorant ni conservateur. "Ça fait à peu près cinq ans que mon père a supprimé les exhausteurs de goût, les glutamates, et ça fait trois ans, que la viande est 100% française.

Contexte difficile mais de belles perspectives sur le bio

"La vie de nos entreprises est difficile, comme pour l'ensemble de nos concurrents et confrères, mais il y a des belles perspectives d'avenir sur le bio. Aujourd'hui, le consommateur consomme différemment, il y a un aspect plus qualitatif et nutritionnel qui rentre dans le jeu. Le prix n'est plus le seul cheval de bataille. Il faut par ailleurs continuer à investir régulièrement. C'est en moyenne 1 à 3% du chiffre d'affaire annuel.