Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Chasse : les animaux qui trouvent refuge en zone habitée désormais graciés

vendredi 1 mars 2019 à 12:34 Par Kevin Boderau, France Bleu

Un animal poursuivi par un équipage de chasse à courre jusque dans une zone habitée ou commerciale sera désormais "gracié", selon un décret publié ce vendredi au Journal officiel.

Une chasse à courre ne peut plus achever un animal en zone habitée
Une chasse à courre ne peut plus achever un animal en zone habitée © AFP - ALAIN JOCARD

A compter de ce vendredi un animal poursuivi par un équipage de chasse à courre jusque dans une zone habitée ou commerciale devra être gracié par les chasseurs qui ont engagé sa traque. 

A l'automne 2017, un épisode survenu dans l'Oise avait provoqué un grand émoi, lorsque des chasseurs avaient abattu un cerf qui avait trouvé refuge dans le jardin de particuliers.
Suite à cet incident et à la nouvelle offensive d'ONG et de députés contre la chasse à courre, la Fédération nationale des chasseurs s'était engagée à changer les pratiques. Des engagements traduits donc vendredi dans cet arrêté ministériel.

En décembre dernier un cerf avait eu plus de chance. Apres avoir trouvé refuge dans un jardin, une trentaine d'habitants de la commune de Bonneuil-en-Valois dans l'Oise s'était mobilisés pour le sauver.

Les chasseurs doivent désormais contacter un vétérinaire 

Concrètement, cela signifie que le "maître d'équipage" doit "veiller à ce que l'animal ne soit pas approché", et doit faciliter son déplacement loin de la zone habitée.
Si ce n'est pas possible, les autorités devront être contactées. Après évaluation de la situation, un vétérinaire devra alors, "au frais de l'équipage" anesthésier l'animal pour le déplacer ou "procéder à sa mise à mort".