Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A Chasse-sur-Rhône, le maire réclame des précisions sur un projet de centre d’accueil des demandeurs d’asile

-
Par , France Bleu Isère

Le maire de Chasse-sur-Rhône (Isère) s'inquiète d'un projet de centre d'accueil des demandeurs d'asile. Il s’installerait dans l’actuel hôtel F1. Claude Bosio, le maire, demande des éclaircissements et va écrire au préfet.

Après travaux, l'hôtel pourrait accueillir 200 demandeurs d'asile
Après travaux, l'hôtel pourrait accueillir 200 demandeurs d'asile © Radio France - Jacky Page

Chasse-sur-Rhône, France

Le groupe Accor vient de vendre 62 hôtels F1 à la SNI, une filiale immobilière d'intérêt général de la Caisse des Dépôts et Consignation. Le but étant de les transformer en centres d'hébergement d'urgence, et centres d'accueil des demandeurs d'asile, gérés par Adoma, ex-Sonacotra. De quoi offrir quelque 6000 places d’hébergement supplémentaires, alors que l’État peine à honorer ses obligations dans ce domaine.

L'un de ces hôtels se trouve dans la zone d'activité commerciale de Chasse-sur-Rhône. C'est incidemment que le maire l’a appris. Claude Bosio a très mal pris de ne pas en avoir été informé officiellement : « ce genre de chose ne peut pas se faire sans une communication au premier magistrat de la commune. Pour recevoir des personnes, il faut le faire dignement et il faut se préparer ».Faudra-t-il scolariser des enfants ? Qui financera cette structure ? Le maire s’interroge et attend des précisions. Pour ce faire, il va écrire au préfet.

"Je n'ai pas d'informations qui puissent me rassurer aujourd'hui"

Le projet de Cada à Chasse-sur-Rhône pourrait se concrétiser rapidement, puisque l'hôtel cessera ses activités le 30 juin. Claude Bosio estime que 200 personnes pourraient s'installer dans l'ancien hôtel. Il craint un bouleversement des équilibres entre zones résidentielles et d’activités dans sa commune. Et il n'a pas envie, dit-il, de voir se répéter ici les événements de Grande-Synthe, dans le Nord, où un camp de migrants a été dévasté par un incendie volontaire suite à une rixe : « Ne connaissant pas du tout les personnes qui vont arriver, je peux tout craindre, à la limite. Je n’ai pas d’informations qui puissent me rassurer aujourd’hui ».

Des craintes injustifiées selon Zoreh Baharmast, la présidente de la Ligue des Droits de l'Homme en Isère. « Accepterait-il qu’ils s’installent dans des camps de fortune ? Quand il y a des lieux avec un suivi social, il y a toujours moins de problèmes que quand les gens s’installent n’importe tout, avec un manque d’hygiène. Il y a des problèmes de santé publique qui se posent après, aussi ». Actuellement, l'hébergement fait cruellement défaut. La Ligue des Droits de l'Homme estime que plus de 2000 migrants sont à la rue dans le département.

Choix de la station

France Bleu