Société

A Châteauroux, Barilla s'engage dans l'associatif

Par Gaëlle Fontenit, France Bleu Berry mercredi 21 décembre 2016 à 18:07

Jacques Bailet et Miloud Benaouda
Jacques Bailet et Miloud Benaouda © Radio France - Gaëlle Fontenit

Barilla et la Banque alimentaire signent un partenariat : l'entreprise veut permettre à ses salariés de s'engager plus facilement dans le bénévolat.

Depuis des années déjà l'entreprise Barilla donnait ses surplus de production à des associations caritatives. Cela représentait 300 tonnes de denrées par an. Cette fois, l'entreprise veut aller encore plus loin. "Il s'agit de permettre à ceux de nos 1.500 salariés qui le souhaitent de donner un peu de leur temps sur des actions ponctuelles de la banque alimentaire, en fonction des besoins de celle-ci, explique Miloud Benaouda, directeur général de Barilla France. Le salarié pourrait donner un peu de son temps sur ses congés et la société abonderait sur l'autre moitié."

Il s'agirait de participer ainsi à quelques actions dans l'année : les grandes collectes annuelles par exemple ou bien sur des actions spécifiques qui nécessitent des compétences particulières.

Des compétences au service de l'associatif

"Le projet des banques alimentaires repose sur la présence de bénévoles. Nous avons chaque année besoin de trouver 600 à 800 bénévoles, expose Jacques Bailet, président de la Fédération Française des Banques Alimentaires. Toutes les bonnes volontés sont bonnes à prendre. C'est vrai que beaucoup de nos bénévoles sont retraités. L'avantage c'est qu'avec ce partenariat, nous aurons beaucoup de bénévoles encore en activité. C'est bien d'équilibrer".

L'association imagine déjà faire appel aux salariés de Barilla pour mieux organiser sa logistique par exemple, ou bien pour repeindre ponctuellement un local...

"Nous avons des compétences au sein de notre entreprise, dans la logistique, dans l'informatique, dans les ressources humaines... cela peut être utile à l'association" s'enthousiasme Miloud Benaouda.

Barilla y voit plusieurs avantages. D'abord, permettre à ses salariés de s'épanouir dans une action associative et donc de s'enrichir d'une nouvelle expérience. Autre bénéfice pour l'entreprise : la déduction fiscale que ce type d’initiative lui autorise. Enfin, la marque en sort grandie en terme d'image. Bref, du gagnant-gagnant qui pourrait, espère la banque alimentaire, inspirer d'autres grands groupes français.